parution 25 septembre 2013  éditeur Casterman  Public ado / adulte  Thème Science - fiction

Universal War Two T1

Le temps du désert

43 ans après la destruction de la Terre, un nouveau wormhole menace le Soleil. Malgré les dissensions politiques, l’humanité réagit et déclenche... un cataclysme ! Débuts très attendus et géants du second cycle d’une saga culte de SF.


 Universal War Two T1 : Le temps du désert (0), bd chez Casterman de Bajram
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2013

L'histoire :

Le 10 octobre 2141, le haut conseil du Sanhédrin se réunit sur Canaan, car l’heure est grave. D’une part, des rebelles multiplient les attentats contre l’autorité, qu’ils n’hésitent pas à qualifier de fascistes et à comparer à la dictature des anciennes CIC (qui détruisirent la Terre en 2098). D’autre part, un nouveau « wormhole » menace directement le cœur du Soleil. Ce « trou noir directionnel » pompe de manière exponentielle l’énergie de l’astre, qui se transforme petit à petit en naine rouge. Pour éviter son extinction à court terme, il faudrait pouvoir intervenir au cœur même du Soleil, à plus de 10 millions de degrés Kelvins… ce qui est impossible pour un humain. Le Sanhédrin décide donc une solution technologique qui renie un de ses principes fondamentaux : créer une intelligence artificielle supérieure à l’intelligence humaine. Seule une AI est capable de supporter pareille chaleur sur un temps ultra-réduit, nécessaire à comprendre et agir sur le wormhole au cœur du Soleil. Alors qu’un escadron se téléporte de Canaan pour mettre en pratique cette intervention, la jeune Théa, descendante de Kalish et rebelle dans l’âme, reçoit la visite de ses cousins, des super-guerriers « libérateurs ». Ils ne partagent pas vraiment la même vision politique pour la survie de l’humanité…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

De 1998 à 2006, Denis Bajram a livré un des chefs d’œuvre de la science-fiction en BD : Universal War One, devenu incontestablement culte auprès des amateurs du genre. Or dès la genèse de ce spatio-temporel-opéra, conscient de l’étendu des concepts abordés (futuristes et métaphysiques), Bajram a profité de sa bonne inspiration pour écrire carrément le squelette narratif de deux autres cycles de 6 tomes chacun : Universal War Two et Universal War Three. Nous voici donc aujourd’hui en 2013. Après un bond spatio-temporel de 7 ans – et divers projets et albums – notre génial auteur complet a enfin repris ses pinceaux informatiques pour poursuivre son œuvre. Même titraille, même charte graphique, mêmes introductions sous forme d’extraits bibliques… mais autre époque et autres personnages. Le récit reprend 13 ans, 43 ans ou 299 ans après la fin du premier cycle, selon le point de départ où l’on se situe (oui, c’est compliqué, mais la notion de délai est relative, étant donné les rétropédalages dans le passé). Dans ce contexte, une nouvelle crise belliqueuse s’impose à l’humanité et aux descendants de Kalish (le héros de UW1), réfugiés sur les planètes Mars et Canaan. En matière de SF et de tensions, le premier cycle avait placé la barre très haut ; les attentes étaient donc fortes pour UW2. Rassurons les fans : Bajram a effectivement trouvé matière à faire dans la surenchère martiale et spatiale, sans perdre de sa profondeur. On n'en révélera pas plus dans cette chronique afin de maintenir votre plaisir. Terminons juste en précisant que l’auteur conserve également toute sa puissance sur le plan graphique : les cités futuristes, les véhicules et astronefs, les panoramas cosmiques… rien n’est laissé au hasard, tout a été cuisiné aux petits oignons, comme pour un bon gros blockbuster hollywoodien. D’ailleurs, à ce qu’il parait, un film serait même potentiellement en projet (sur UW1)… Chouette !