parution 15 mai 2014  éditeur Daniel Maghen  Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Mondes décalés

Le Temps perdu

Un dessinateur bascule dans un autre monde quand il s’arrête dormir dans une chambre d’hôtel. Un récit au parfum particulier, au graphisme envoûtant et délicat.


Le Temps perdu, bd chez Daniel Maghen de Rodolphe, Vink
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Daniel Maghen édition 2014

L'histoire :

Guillaume Romain est dessinateur de bande dessinée. Il roule seul, dans le calme lancinant des autoroutes. Il revient d’un festival de BD à Crusac. La route est tranquille, mais aussi très longue et l’auteur est épuisé. Il reste encore 200 km avant d’arriver chez lui. Il est trop fatigué pour continuer. Il décide donc de s’arrêter à l’hôtel « Le temps perdu » pour se reposer et finir le trajet le lendemain. Il monte dans sa chambre et est heureux de profiter du confort pittoresque de l’hôtel : ce sera parfait pour une halte d’une nuit ! Cependant, il ressent aussi un petit malaise. Il a l’impression d’être déjà venu dans ces lieux. Il se demande s’il ne s’y est pas arrêté avec Maé auparavant. En même temps, toutes les chambres d’hôtel se ressemblent et il confond peut-être avec un autre lieu. Alors qu’il s’apprête à se laver les dents, il tombe nez à nez avec une gravure près de la porte. Surpris par la qualité du dessin, il touche le cadre et là, c’est la stupeur : son doigt s’enfonce dans l’image ! En peu de temps, c’est tout son corps qui se retrouve de l’autre côté, à l’intérieur de la gravure ! Il y rencontre les personnages représentés sur l’image et va de découvertes en découvertes…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Une rencontre entre Rodolphe et Vink accouche forcément d'une œuvre particulière. A ce titre, ce one-shot ne déçoit guère. Dès le départ, le ton est donné : on assiste à des scènes du quotidien si réalistes qu’on a l’impression de lire une autobiographie. Le héros dessinateur mène sa petite vie d’artiste avant d’arriver dans un hôtel. Le dessin de Vink est d’un réalisme saisissant, avec des tons délicats et un dessin ultra précis. Pourtant, le lecteur bascule ensuite dans le merveilleux d'un univers parallèle, grâce à la puissance étrange de vieilles gravures. Le monde que découvre ce héros est peuplé de gens contemporains de notre contexte, qui ont pourtant un comportement étrange et décalé. A l’image du miroir que franchit Alice de Lewis Carroll, le dessin plonge l’artiste dans un rêve. Ces voyages oniriques sont autant de manières de découvrir un monde qui nous ressemble et qui caricature nos travers. Politique, école, érotisme, traditions : l’irréel est une sorte de conte philosophique à mi-chemin entre le féerique et la critique satirique. Le suspens reste entier puisque le héros revient à la réalité chaque lendemain, sans comprendre ce qui lui arrive. A la manière des aventures de Guiseppe Bergman, le héros découvre des gens incroyables et des paysages ébouriffants. Le monde fantastique est superbement illustré par Vink. Rodolphe ne pouvait faire plus beau cadeau au célèbre dessinateur du Moine fou. Couleurs chatoyantes, tons pastel, le graphisme de Vink est enchanteur et rend cette histoire crédible et fascinante. Pour prolonger la rêverie, Vink propose quelques aquarelles sublimes en fin d’opus. Cette histoire est une belle métaphore de la puissance de la BD et de l’art en général : c’est à travers le dessin que l’homme plonge dans un monde onirique et magique. L’illusion n’est là que pour éclairer la réalité de la vie et donner une leçon à celui qui s’évade. Immergez-vous, vous aussi, dans la beauté du dessin de Vink afin de mieux vous retrouver.

voir la fiche officielle ISBN 9782356740342