parution 20 mars 2009  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Humour, Chronique sociale

Agrippine T8

Agrippine déconfite

Parce que sa mamie lui a volé sous le nez les derniers boots à la mode, Agrippine lui en veut à mort ! Au point de souhaiter sa mort.. Après des Allergies mi-figue mi-raisin, un 8e tome pour la série fétiche de Bretécher, sarcastique à souhait


 Agrippine T8 : Agrippine déconfite (0), bd chez Dargaud de Bretécher
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2009

L'histoire :

Agrippine est de sortie aujourd’hui avec sa mamie. Cette dernière lui a promis de lui acheter pour son anniversaire les derniers boots à la mode. Des boots faits en tatou strassé – ou stressé avant qu’on abatte l’animal – super sexies à mort ! Problème : la vendeuse ne les a plus qu’en 38. Agrippine chausse du 42, c’est raté. En revanche pour mamie, c’est une affaire qui roule ! Agrippine et sa mamie ont les mêmes goûts et c’est souvent commode. Mais sur le coup, Agrippine en veut à mort à sa mamie de l’avoir doublée ! Agrippine laisse sa mamie furax, souhaitant même sa mort !!! Mamie est outrée. Elle appelle ses copines puis sa fille. Elle n’en revient pas que sa propre petite-fille ait souhaitée sa mort. Rentrée chez elle, débarque son fils Jean-Million (qui ne supporte pas qu’on l’appelle ainsi). Comme d’habitude, il rame dur, prétend qu’il est sur une affaire béton et finit par soutirer du fric à sa mère. Jean-Million est intermittent du spectacle et tient à son statut. Il bosse pour la télé. Enfin, il le voudrait bien (…). Mamie lui raconte l’histoire d’avec Agrippine : ça fait un foin ! De son côté, Agrippine est aussi rentrée chez elle. Ses parents – qui ne se sont jamais aussi bien entendus – lui annoncent, à elle et son jeune frère, qu’ils divorcent ! Avec grand-mamie chez les zonzons et Candida qui picole, manquerait plus que Mamie casse sa pipe pour de vrai !...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Il y a cinq ans, paraissait le 7e album des aventures d’Agrippine, Allergies. Un cru mi-figue mi-raisin. Voici aujourd'hui une Agrippine déconfite mais revigorée ! Claire Brétecher s’attaque cette fois de plein pied à la famille, à son avenir, aux divorces faciles, aux enfants et parents imbéciles, aux profiteurs et aux indignes, à la mort enfin. Le pitch est un peu compliqué (et résumé ci-dessus) mais en gros, Agrippine en a gros sur la patate – à tort ou raison. Encore plus qu’à l’habitude, Claire Brétecher semble avoir pris à cœur cette aventure et s’être penchée sur le moindre détail. Les personnages sont comme toujours succulents, caricaturés à souhait tout en évitant le cliché, et l’on appréciera tout particulièrement le fils à maman raté, la mamie « chébran » et l’arrière grand-mère zonzon ! Claire Brétecher prend son temps pour installer son affaire sans pour le moins mécontenter son lecteur. L’histoire monte progressivement en régime jusqu’à rassembler toute la famille à l’occasion de la mort (appelée de dépit par Agrippine) de la mamie. Une tragédie ! Une grande première aussi qu’une morte (ou décès d’un proche) sur la série. Hélas, le soufflé retombe vite – avec toutes les précautions d’usage à employer en ce cas. Claire Brétecher n’a sans doute pas le courage d’enterrer un si truculent personnage ; elle s’en tire par une pirouette. Dommage ? Vous jugerez. Ce grand format chez Dargaud ne laissera pas en tout cas son public déconfit ! Ou de plaisir alors. Un cru dans la veine du Destin de Monique, c'est dire...

ISBN 9782505000556