parution 07 octobre 2011  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Humour, Chronique sociale

Des Salopes et des anges

Une histoire de l’interruption volontaire de grossesse, à travers le parcours de trois femmes obligées de s’exiler à Londres, dans les années 70, pour avorter. Un sujet grave et didactique, soutenu par une bonne humeur idoine…


Des Salopes et des anges, bd chez Dargaud de Benacquista, Cestac
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2011

L'histoire :

Jusqu’au début du XXème siècle, selon les civilisations et les époques, l’avortement était considéré comme l’un des pires crimes. Les femmes qui cherchaient à perdre l’enfant qu’elles portaient en elles passaient par des méthodes sordides, parfois fatales… Quand cela se savait, elles étaient honnies, condamnées, parfois à mort. Les « faiseuses d’ange » (comme on appelait les femmes qui pratiquaient l’avortement) subissaient également le châtiment de la bonne société (en France, Marie-Louise Giraud fut décapitée en 1943 pour avoir pratiqué 23 avortements). Un débat allait culminer au début des années 70, lorsque des pays frontaliers de la France se sont mis à légaliser la pratique sous encadrement médical. C’est à cette époque et dans cette circonstance précise que 3 jeunes femmes se lient d’amitié, malgré leurs origines sociales hétéroclites. Anne-Sophie ne veut pas ternir et sa réputation bourgeoise avec un troisième enfant offert par son amant. Maïté s’est faite larguée lorsqu’elle a annoncé sa grossesse à son futur mari, trop carriériste pour envisager la paternité. Odile, militante de gauche et réac’, annonce à ses collègues du MLAC (Mouvement pour le Liberté de l’Avortement et de la Contraception) où elle tient une permanence, qu’elle est enceinte. Ensembles, elles prennent le bus en direction d’une clinique de Londres, pour une intervention express, en moins de 24h, rongées par différents remords et tourments psychologiques…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Les « salopes » du titre sont celles auxquelles faisait allusion Charlie Hebdo en avril 1971, au lendemain du manifeste (dans le Nouvel Obs) des 343 femmes publiques qui osaient avouer avoir un jour avorté. Rappelons que la loi autorisant l’avortement en France ne date que de décembre 1974, sous l’impulsion de Simone Veil, et que le combat parlementaire de l’époque avait été rude. Jusqu’alors les « faiseuses d’anges » officiaient dans l’illégalité la plus complète, au péril de la vie des patientes… et celles-ci préféraient alors s’exiler une journée à Londres ou à Amsterdam, dans des pays quelque peu en avance sur ces sujets sociaux, pour qu’on pratique l’avortement en milieu médicalisé. Tonino Benacquista relate ici en BD ce genre de périple, vécu par trois jeunes femmes face à une telle détresse maternelle et psychologique, sous les crayons pâteux et l’insupportable style « gros-nez » de Florence Cestac. Cette histoire (sans doute fictive, mais peu importe) est évidemment prétexte à faire un tour exhaustif de la question. Mission réussie : faites confiance au savoir-faire de Benacquista, le sujet est abordé dans tous ses compartiments, sans se départir d’une bonne humeur nécessaire pour soulager la gravité du propos. Benacquista sait être instructif, complet, drôle, il rend ses personnages attachants et insuffle le rythme adéquat pour rendre le récit plaisant et didactique à la fois. Sur le plan narratif, et concernant un tel sujet, on pouvait difficilement faire mieux…

voir la fiche officielle ISBN 9782205068795