parution 01 novembre 2010  éditeur Dargaud  Public adulte  Thème Aventure - Action, Erotique

Djinn – cycle 3 : India, T10

Le pavillon des plaisirs

Aux Indes, au début du 20e siècle, Jade, l'envoutante Djinn, a pour mission de faire l'éducation sexuelle de la future épouse du Maharadjah, pour qu'elle puisse mieux le manipuler. Même sans grande originalité, toujours aussi délicieux.


 Djinn – cycle 3 : India, T10 : Le pavillon des plaisirs (0), bd chez Dargaud de Dufaux, Miralles
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2010

L'histoire :

Début du XXe siècle… Les Indes sont sous domination britannique. Autrefois favorite d’un sultan turc, la belle Jade est l’hôte, dans le merveilleux palais des Eschnapur, de la Rani Gaya Bashodra. L’invitation n’est pas gratuite, cependant, car la Rani sait que Jade est une Djinn, une femme à qui, si elle le désire, nul ne peut résister. Aussi souhaite-t-elle que Jade fasse l’éducation amoureuse de sa future belle-fille, future épouse du Maharadjah, pour que sens et plaisirs du sexe n’aient plus aucun secret pour elle. Ainsi, pourrait-elle faire de son époux ce qu’elle veut. En particulier, le ramener à la raison pour qu’il cesse de manger dans la main des anglais. Car la belle Tamila est la fille du colonel Sing qui défie l’empire britannique depuis de longues années. La Rani, qui n’est pas dupe des intentions des anglais, voudrait alors, par ce jeu de séduction, que Tamila rallie son futur époux à la cause indépendantiste. Jade accepte de prendre en main l’éducation de Tamila pour un mois durant. Elle aura donc accès au mystérieux pavillon des plaisirs, lieu dédié à l’amour dans le palais, dont la Rani lui remet la clef. Le soir même, Jade fait connaissance de sa future élève, mais aussi du Maharadjah ainsi que de Lord Anthony qui représente le vice-roi des Indes. Le jeu de séduction débute entre chacun. Mais pour l’heure, Jade a d’autres projets. En particulier, donner une leçon à un des domestiques qui s’est mal conduit. Et pour ce faire, elle a besoin de Lord et Lady Nelson qui l’ont accompagnée dans ce fabuleux pays.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après les saveurs ottomanes et les fièvres africaines, c’est aux Indes que Djinn choisit de nous faire goûter. Pour être plus exact, il faudrait d’ailleurs, plutôt dire « entre », ce cycle prévu en 3 tomes s’insérant chronologiquement entre les 2 précédents. Revoici donc l’envoutante Jade, ayant quitté les délices des palais turcs, accompagnée par les Nelson, et sommée d’exercer son art de l’amour auprès de la future épouse du Maharadjah. Intrigues de palais, ballets croisés des jeux de séduction, stratégie politique et mystérieuse malédiction scellent les bases d’un premier opus qui, s’il n’offre guère de grandes surprises scénaristiques, fait parfaitement son travail de mise en appétit. Utilisant (et c’est une vraie respiration au regard du cycle précédent) une narration linéaire fluide et œuvrant dans un contexte historico-politique très riche, Jean Dufaux plante habillement ses petites balises. On sent qu’il s’offre (et nous offre) alors la liberté de choisir l’angle (historique, fantastique, poétique, mystérieux… ou le tout) qui alimentera ce nouveau développement. Il y a du potentiel, en tous cas. La charge érotique du récit, autre atour prégnant de la saga, est à nouveau confiée aux pinceaux voluptueux d’Ana Mirallés. Incontestablement Djinn serait moindre sans cette recherche esthétique permanente. Chaque case est travaillée avec soin et minutie (du cadrage aux décors). La mise en couleur est un merveilleux écrin. La noblesse conférée aux personnages par le trait, un véritable atout pour éloigner toute suspicion de vulgarité. Bref, à nouveau et définitivement délicieux pour les yeux, parfaitement dans le ton des opus précédents et offrant un début de scénario (bien que ne surfant pas sur l’originalité) accrocheur.

voir la fiche officielle ISBN 9782505009726