parution 04 mars 2011  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Historique

Double masque T5

Les coqs

Alors qu’il subit avec ennui les préparatifs de son sacre, Napoléon organise une rencontre avec son « double », la Fourmi. Entente ou déclaration d’hostilités ? Une suite au dessin toujours aussi séduisant, pour une intrigue un peu fadasse.


 Double masque T5 : Les coqs (0), bd chez Dargaud de Dufaux, Jamar
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2011

L'histoire :

Juillet 1804. Une berline laisse sur le bord d’une falaise bretonne, l’abbé Sathanase, encadré par deux solides gaillards de la garde napoléonienne. L’ecclésiastique, en disgrâce pour avoir fomenté un complot visant à éliminer le Premier Consul (voir Les deux sauterelles), est sur le point d’être poignardé lorsque plusieurs de ses complices lui sauvent la peau. Invité à prendre la mer pour se faire oublier, il décide pourtant de regagner Paris : pas question de laisser Bonaparte devenir empereur. Et pour ce faire, il pense s’adjoindre les services du maître des bas-fonds de la capitale, celui qu’on appelle la Fourmi… Au même moment, à Paris, les agents de Fouché, avec à leur tête une jolie rousse qu’on surnomme, « L'Écureuil », préparent justement un piège à l’intention de ce brigand. Mais la partie tourne au désavantage des policiers qui se font eux-mêmes piéger. Dans l’affaire, notre jolie rouquine se retrouve d’ailleurs capturée. De son côté, François dit « La Torpille », qui a par le passé rendu quelques services au pouvoir (pour éviter de coucher en prison), est prié par Bonaparte d’organiser une rencontre avec La Fourmi. Il semble ainsi pour le moins, évident que le maître de la pègre parisienne soit un personnage incontournable en ces moments où la France s’apprête à sacrer son premier empereur.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Habituellement bâti à force de reconstitution historique, d’intrigue policière, de complot (avec sa farandole d’espions et de doubles jeux…) et d’incursion fantastique, Double Masque semble, avec ce 5e opus, marquer un brin le pas de cette douce alchimie. Il ne s’agit pas pour autant, pour Jean Dufaux, d’oublier de glisser dans la marmite l’ensemble de ces ingrédients, mais force est de reconnaître que volontairement ou non, il « pantoufle » un peu son scénario. Rien à redire en ce qui concerne l’immersion historique : le contexte des préparatifs du sacre du futur Napoléon 1er, qui sert de décor à ce nouvel épisode, est savoureusement restitué. Mieux encore : il fait corps si habilement avec le récit qu’il en devient le moteur évident. A l’inverse, le reste de la tambouille manque cruellement de mordant. Il y a pourtant suffisamment de place faite à l’action, au mystère et autres accroches de lectures, mais il est bien difficile d’en tirer le moindre intérêt. Certes, notre Torpille et notre Écureuil se retrouvent tour à tour en mauvaises postures ; Fourmi et Abeille se font, enfin, face à face ; Sathanase, l’abbé, prépare encore un mauvais coup… Mais le tout est traité avec fadeur et sans aucune astuce pour nous donner réellement envie. Pourquoi, par exemple, avoir choisi d'incorporer au cœur de la série un élément fantastique via les mystérieux masques (c'en est même le titre !) pour l'exploiter si peu et se montrer toujours aussi discret sur le comment et le pourquoi ? Ici, 6 planches sur le sujet, qui reprennent exactement ce que l’on en connait déjà (5 tomes pour en être toujours au même point)... ça commence à faire beaucoup ! Il faut cependant certainement comprendre ce chapitre comme les prémices d’une intrigue plus touffue (un ou deux tomes supplémentaires ?) simplement mise en place ici. Si l’on a, ainsi, parfois du mal à suivre Jean Dufaux, reconnaissons-lui une indéniable qualité : s’entourer de dessinateurs de talent. Martin Jamar livre, en effet, à nouveau, un dessin à la fois somptueux d’élégance et besogneux, incontestable fer de lance d’une immersion historique parfaitement réussie.

voir la fiche officielle ISBN 9782505011194