parution 01 mars 2008  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Sentimental, Aventure - Action, Chronique sociale

En sautant dans le vide T1

Le premier pas

Trois jeunes inséparables, adeptes des parkours urbains, se frottent sans le savoir (encore) à un tueur sanguinaire. Episode d’exposition d’une série « djeunz » bondissante, à l’esthétique soignée.


 En sautant dans le vide T1 : Le premier pas (0), bd chez Dargaud de Man, Ego
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star
  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star
  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star
©Dargaud édition 2008

L'histoire :

Edu, Raul et Luna (deux garçons, une fille) sont 3 ados super potes à la vie à la mort. Individuellement, Raul prend des cours de kickboxing, sous l’impulsion de son grand frère Hector. Luna est passionnée de tatouages et de piercings, au point de bosser dans une boutique spécialisée. Edu, lui, dessine beaucoup, et rêve en secret de remporter un concours de mangas. Séparés la journée, ils se retrouvent le soir pour pratiquer un sport urbain 100% adrénaline : le parkour (pour résumer : l’art bondissant du déplacement optimisé, en milieu urbain accidenté). Ils aiment aussi sortir en boîte en soirée, lors desquelles Luna leur présente invariablement et régulièrement des « p’tits copains kleenex » (qu’on jette aussitôt après usage). Un soir, 3 types latinos un peu balèzes osent embêter Luna sur le dance-floor. Aussitôt Raul et Edu rappliquent et leur fichent une pâtée mémorable. Résultat : tout le monde est mis à la porte de la boîte. En rage, l’un des agresseurs, un cocard à l’œil, rentre chez son cousin. Accueilli par un pote, il doit se rouler un joint et se sniffer un rail de coke en solo, en attendant que ledit cousin finisse sa « réunion ». Or surprise : un type costaud, armé d’une machette, sort de la pièce voisine, faisant un bain de sang. Le jeune latino se planque dans un placard…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

La couverture est parlante : cette nouvelle série bondissante cible essentiellement le créneau des djeunz, mais avec un savoir-faire relativement enthousiasmant. Les jeunes héros mènent en effet des vies de djeunz avec des préoccupations de djeunz (lycée, console vidéo, boîte de nuit, drague, dodo, piercing, tatouages), avec un focus particulier sur une pratique artistico-sportive à la mode : le « parkour » urbain (NDLA : on apprend plein de trucs sur wikipedia…). Graphiquement, ces séquences rythmées sont l’occasion pour l’auteur ibérique Man, de briller dans une gestion très vivante des mouvements et des cadrages, recherchés et superbement rendus. En bref, ça dépotent grave ! Entre l’intro et le final, Man ne relâche pas pour autant son application. Il n’hésite pas à recourir aux macro-plans, souvent sur de grandes cases, au graphisme léché, complétées par une colorisation comme veloutée… dans la même veine esthétique inspirée de manga que Mia, la précédente œuvre éditée par Dargaud. Pas grand-chose à relever pour l’instant côté scénario : il nous présente des persos cool et sympa, qui se dragouillent gentiment, tout en livrant les prémices d’une affaire plus violente (le tueur à la machette), que nous serons ravis de suivre au cours des 4 prochains volumes prévus…

voir la fiche officielle ISBN 9782505002529