parution 01 août 2008  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Espionnage, Anticipation, Thriller

Ghost money T1

La dame de Dubaï

Lindsey ignore le dément engrenage géopolitique dans lequel elle s’engage en se liant à Chamza, dont l’extrême confort financier semble étroitement lié aux attentats du 11 septembre. Mise en place d’un thriller d’anticipation exquis…


 Ghost money T1 : La dame de Dubaï (0), bd chez Dargaud de Smolderen, Bertail
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2008

L'histoire :

En 2004, au beau milieu des combats de Fallujah (Irak), Kendrick et Ring, deux mercenaires américains, embauchent au sein de la Caesars’hand, leur milice privée, une nouvelle tête brulée en la personne du sergent Gellett. Ils vont avoir besoin de ce type d’homme pour leur traque ambitieuse : retrouver la piste des monumentaux fonds financiers qui ont disparu des bourses mondiales, de manière pour le moins suspecte, la veille des attentats du 11 septembre 2001… Dans les années qui suivent, les membres de la Caesars’hand ne tergiversent pas sur la barbarie pour mener leurs investigations, mais ils demeurent bredouilles. Il faut attendre les années 2020, pour qu’une piste sérieuse les remettent en selle sur le sujet. A cette époque, les néoconservateurs sont de retour à la Maison Blanche et l’économie américaine est en berne. A Londres, au cours d’une manifestation antiaméricaine ponctuée par un attentat, l’étudiante Lindsey est sauvée d’une bousculade meurtrière par Chamza, une jeune femme très distinguée, étudiante à l’université d'économie. Tout en se remettant de ses émotions, Lindsey découvre l’aisance matérielle inouïe de Chamza et… elle en tombe amoureuse. Dans les jours et semaines qui suivent, Chamza emmène Lindsey à Dubaï en vol suborbital, puis partage avec elle des palaces d’un luxe indécent. Toutes deux ignorent alors qu’elles sont discrètement surveillées par Kendrick et ses sbires, toujours en quête du trésor de guerre d’Al Quaida…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Le pitch de départ de ce nouveau thriller d’anticipation et d’espionnage est appétissant : il propose de nous emmener sur la piste du légendaire « trésor de guerre d’Al Quaida ». D’étranges mouvements boursiers ont en effet été constatés à la veille des attentats du 11 septembre : les terroristes auraient – semble-t-il – profité de la chute des tours et du tsunami boursier qui en a dérivé, pour spéculer à la baisse… Dès lors, qu’est-il advenu de cette manne financière ? D’une belle densité et d’une maîtrise narrative ostensible, le récit mis en place dans ce premier tome signe le retour d’un auteur doué, mais trop rare dans le paysage bédéphile francophone : Thierry Smolderen (McCay, Convoi…). Son intrigue géopolitique accrocheuse se situe dans la lignée d’un Robert Ludlum ou d’un Jean Van Hamme, avec un zest de non-conformisme bienvenu. La toute-puissance financière de Chamza, la relation ambiguë qu’elle entretient avec Lindsey, l’associabilité aigue des têtes-brûlées qui traquent les jeunes femmes, sont autant d’exubérances narratives qui ne sombrent jamais dans le grand-guignolesque. Maniant avec délectation les zones d’ombres et le suspens, Smolderen sait très exactement où il nous emmène. On se réjouit d’emblée de suivre ces personnalités fortes et/ou attachantes à travers leurs chassés-croisés légèrement futuristes, à haute tension géopolitique et à fortes poussées d’adrénaline. La partition graphique est en outre confiée à Dominique Bertail, qui livre de superbes encrages réalistes. Mis à part deux ou trois « assemblages » photo/texture/dessin discutables (par exemple, la première case de la biennale de Shanghai, p.47), l’univers d’anticipation est riche et fascinant, l’ambiance colorimétrique astucieuse et mesurée, les cadrages et le découpage denses et variés. Une mise en bouche particulièrement savoureuse !