parution 24 janvier 2014  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Policier, Historique

La Mondaine T1

En 1937, les premiers pas d’Aimé Louzeau au sein de « La Mondaine », la brigade des mœurs. Le portrait d’un inspecteur au passé familial singulier. Sainement naïf, animé, sensible, touchant. Encore une fois...


La Mondaine T1, bd chez Dargaud de Zidrou, Lafebre
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2014

L'histoire :

Avril 1944 : Alors que Paris tremble sous les déflagrations d’un bombardement allié, dans un abri, un officier de la Wehrmacht propose une cigarette à un homme au pardessus beige et à sa fiancée. L’homme refuse et souligne – en montrant la belle paire de bracelets qui les lie – que la demoiselle n’est pas sa bonne amie. Mais plutôt une professionnelle qu’il a, en tant qu’inspecteur à « La Mondaine », alpaguée au tapin. Sept ans déjà qu’Aimé Louzeau fait partie de cette étonnante unité. Il se souvient de son premier jour dans la brigade, en novembre 1937, comme si c’était hier… Ce matin-là, il pleut, d’ailleurs. Une pluie parisienne que seul le copieux petit-déjeuner préparé par sa maman lui fait oublier. Aimé enroule une belle cravate, visse son chapeau melon et file vers le 36 Quai des Orfèvres pour se mettre sous les ordres de l’Inspecteur Principal Séverin qui commande l’unité. Louzeau commence normalement la semaine suivante, mais il a envie de prendre la température, d’humer l’atmosphère de son futur quotidien. Et pour ce qui est d’humer, il est rapidement mis au parfum : deux de ses futurs collègues entament une partie de bottin contre tronche de proxénète avec le beau « Gapito », un maquereau qui vient de s’amuser à tailler du téton sur une de ses gagneuses. Séverin et sa bicyclette ne tardent pas à arriver pour faire la connaissance de la nouvelle recrue, qui est directement adoptée autour d’un repas d’intronisation. Le lendemain, Louzeau commence à faire ses gammes. D'abord, en s’avalant le lexique de la maison (qui s’étire d’« abus » à « zoophilie »…), puis en allant faire une première planque dans un jardin public prés d’une roulotte à marionnettes…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après le sensible Lydie, Zidrou et Jordi Lafebre reforment leur talentueux duo pour une plongée avant (seconde) guerre en diptyque, aux basques d’un inspecteur de police affecté à « La Mondaine », l’ex brigade des mœurs du 36 Quai des Orfèvres. Dans ce Paris fin des années 30 faussement insouciant, le scénario s’anime autour des premiers pas du jeune inspecteur Louzeau. Ainsi l’univers odorant qu’il côtoie est « gentiment » décliné et circonscrit par des interrogatoires musclés avec maquereaux endimanchés, des planques pour établir des fiches de renseignements (les fameux « blancs ») sur la clientèle huppée d’un zouave passé maître dans « l’art de la flûte à bec », des trafics de photos salaces ou des infiltrations dans un surprenant cabaret. Comme il le fait habituellement, Zidrou s’attache surtout à l’humain et au final, ces affaires de mœurs passent au second plan en agissant comme décor ou éléments déclencheurs, plutôt que comme véritable moteur de l’intrigue. Habilement, à vitesse choisie, c’est avant tout le portrait intime de Louzeau qui se dessine pas à pas : son rapport aux autres, son rapport à la sexualité, sa singulière histoire familiale ou encore sa saisissante sensibilité. Le tout pimenté par l’arrivée sur sa route (en fin d’album) d’une drôle de tigresse qui ne semble pas le laisser indifférent… Alimenté par une galerie de seconds rôles parfaitement ciselés, de l’humour et d'une volonté affichée de donner de la rondeur au sordide ou d’asséner les douloureuses blessures sans violence, l’ensemble tient le double pari de tenir en suspens et de toucher. Un brin naïf diront les grincheux... Mais d’une saine naïveté, chère à Zidrou et parfaitement mise en scène par le dessin de Jordi Lafebre. Sa patte semi réaliste, le tempo de sa colorisation, ses cadrages pertinents et l’expression de ses visages brossés à l’émotion, confèrent à l’ensemble son incroyable sensibilité.

voir la fiche officielle ISBN 9782505019909