parution 01 mars 2013  éditeur Dargaud  Public adulte  Thème Chronique sociale

Le Client

Tomber amoureux d’une prostituée, c’est se mettre dans de beaux draps. Un homme va l’apprendre à ses dépends. Mais le jeu n’en vaut-il pas la chandelle ? Un polar noir qui étonne et détonne, signé par le très émotionnel Zidrou.


Le Client, bd chez Dargaud de Zidrou, Man
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star
  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star
  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star
©Dargaud édition 2013

L'histoire :

Espagne, de nos jours. Augustin Mirales, un professeur d’arts plastiques, veut retrouver une fille dont il est tombé amoureux. Son nom : Maria-Auxiliadora Alaya, une fille de charme équatorienne, surnommée « Shakira », qui travaillait au Paraiso, l’un des nombreux clubs détenu par Monsieur Selznic. Pour la retrouver, il est prêt à tout… même à kidnapper la fille de celui-ci, Serena. Mirales souhaite obliger Selznic a lui révéler où se trouve son « petit ange déchu », comme il l’appelle tendrement. 24 heures, c’est le temps qu’il reste à Selznic pour retrouver Shakira. Passé ce délai, Mirales promet de faire subir à Serena ce qu’il a fait subir à Shakira depuis son arrivée en Espagne. Selznic ne l’entend pas de cette oreille et décide d’en savoir plus sur Mirales. Il demande à Goran, son homme de main de s’en charger… Augustin aura-t-il assez de sang-froid pour affronter le milieu hostile et crépusculaire de la prostitution ? Retrouvera-t-il sa bien-aimée ?

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Lydie, La peau de l’ours, Folies Bergère, Le beau voyage… Depuis quelques années, le prolifique Zidrou, initialement connu pour son Elève Ducobu, montre toutes les facettes de son talent en abordant des sujets plus durs. Avec Le Client, il nous surprend une nouvelle fois. La dimension humaine est au cœur de cet album, comme souvent avec Zidrou. Ici, il explore le plus beau des sentiments : l’amour. L’amour impossible, celui qui nous pousse à dépasser nos limites. En situant l’action dans le milieu de la prostitution, il évoque le quotidien des « Fleurs du macadam » qui officient dans les bordels (autorisés en Espagne). La violence qui y règne, l’aliénation physique et psychologique des femmes qui subissent le commerce de leur chair. En utilisant une narration épistolaire (le narrateur raconte son histoire à sa sœur), Zidrou ne juge pas, il constate leur quotidien et leurs émotions, avec un style très direct et imagé : « un sexe qui dit toujours oui, un sexe tarifé comme un parcmètre ». Dans ce sombre enfer, l’amour que se vouent Augustin et Maria-Auxiliadora agit comme une lueur d’espoir. Les qu’en-dira-t-on, les regards des autres ne les atteignent pas. Côté dessin, la filière ibérique de Zidrou marche à fond les ballons (le scénariste habite aujourd’hui en Andalousie) : après Lefebre, Porcel et Oriol, voici Man à la baguette. Le catalan nous propose une mise en scène enlevée (un peu à la José Homs… encore un espagnol !), avec des accidents graphiques qui donnent du rythme à la lecture : cases panoramiques, cadrages obliques… Man joue avec les teintes, tantôt bleutées pour la nuit et solaires pour les scènes de jour. De toute évidence, vous avez toutes les raisons d’être client de cet album singulièrement sensible…

voir la fiche officielle ISBN 9782505016724