parution 01 mai 2004  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale, Humour

Le combat ordinaire T2

Les quantités négligeables

Larcenet nous ballade entre rire et émotion, au gré de la tranche de vie d'un Marco en pleine remise en question personnelle et professionnelle.


Le combat ordinaire T2 : Les quantités négligeables (0), bd chez Dargaud de Larcenet, Larcenet
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2004

L'histoire :

Pour sa prochaine exposition à Paris, Marco a décidé de faire en photo des portraits d'hommes ordinaires, les ouvriers de l'atelier 22 du chantier naval où travaillait son père autrefois. Il y retrouve ainsi son pote Bastounet, qui a voté FN faute de mieux. Marco profite de cette visite pour présenter Emilie à ses parents. A cette occasion, son père lui apprend qu'il est atteint de la maladie d'Alzheimer et qu’il n'a plus la force de se soigner. A Paris, Marco retrouve son frère George et ses pétards. Il apprend alors par la Directrice de la galerie qu'il va exposer avec Fabrice Blanc, photographe engagé qu'il admire par dessus tout. La vision de son père en pleine crise d'Alzheimer, la pression d'être comparé à un artiste reconnu et engagé et Emilie qui veut déménager et fonder une famille provoquent chez Marco une nouvelle crise d'angoisse.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Retour gagnant ! Après un premier tome encensé et récompensé à juste titre, Manu Larcenet nous livre avec Les quantités négligeables un véritable petit bijou de rire et d'émotion. Là où Le Combat Ordinaire nous a fait rire, Les quantités Négligeables nous arrache des larmes de joies. Là où Le Combat Ordinaire nous a touchés, Les quantités Négligeables nous fait mal. Larcenet aborde la maladie, la mort, la désillusion, la montée du FN, et la vie de couple avec la juste gravité qui convient à ces thèmes, mais toujours avec une pudeur parfaitement rendue par son trait aéré mais jamais léger. Les personnages secondaires gagnent en épaisseur. Malgré sa brève apparition, l'ombre du vieux Mesribes plane sur tout l'album. Larcenet ne peut s'empêcher d'écorcher au passage un certain milieu artistique snob et pédant et nous donne une bonne leçon : ne pas confondre l'artiste et son oeuvre. On se plait pourtant à croire que l'on peut confondre Larcenet avec Le combat ordinaire, une oeuvre généreuse en rires et en émotions.
Vous êtes encore là à lire cette chronique ? Mais jetez-vous sur cet album, "sinon ji ramène li boulaouane !"

voir la fiche officielle ISBN 9782205055894