parution 21 août 2015  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange

Le Magicien de Whitechapel T2

Vivre pour l'éternité

Jerrold Piccobello a vendu son âme au diable, il peut donc vivre pour l’éternité. Il décide de s’en servir pour faire le plus grand tour de l’histoire de l’illusionnisme. Deuxième opus d’un triptyque fantastique dans l’Angleterre du XIXème siècle.


Le Magicien de Whitechapel T2 : Vivre pour l'éternité (0), bd chez Dargaud de Benn, Matterne
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2015

L'histoire :

Jerrold Piccobello ne se sent pas bien. Depuis qu’il a vendu son âme au diable, rien n’a vraiment changé. Il se demande s’il peut vraiment affronter la mort. A Hyde Park, au champ de course, il décide d’agresser verbalement un gentilhomme et d’insulter grossièrement son épouse. L’homme le provoque en duel et le tue. Le soir, Jerrold est « réveillé » par le Rabouin en personne : eh oui, il est bien mort, Belzébuth est un peu vexé de ne pas avoir été cru sur parole, mais il est magnanime. Et puis il l’aime bien, ce Piccobello. Pour preuve, il lui donne un accès illimité aux chemins sataniques des cimetières. C’est ainsi que, pour fêter son immortalité, Jerrold se retrouve à Paris, dans un somptueux restaurant, où une arnaqueuse va essayer de le repasser : on n’escroque pas un illusionniste comme ça, et c’est au contraire le magicien qui va entourlouper la jeune femme. Plus tard, il la rejoint dans sa chambre. Céleste le tue d’un coup de révolver, mais il se relève et lui livre son secret. Ensemble, ils vont faire le plus grand tour de l’histoire de la magie, au cours d’une réception donnée par la Reine en personne !

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Un magicien immortel… Jerrold Piccobello touche l’immortalité, et il va en profiter pour magnifier son art et faire le tour le plus incroyable. Ce deuxième tome est très nettement plus rythmé que le premier. Plus fun aussi, et la relation avec le Rabouin est d’une exquise perversion. On pense d’ailleurs immanquablement à l’excellent Bedazzled. Pas le resucé tristou de 2000, non celui de 1967, magnifiquement kitsch, avec les géniaux Peter Cook et Dudley Moore, et la sulfureuse Raquel Welch… Le trio Diable / Jerrold / Céleste fonctionne magnifiquement, et il évolue au long de l’album. L’argot utilisé par les protagonistes est toujours aussi fleuri et réjouissant, truculent en diable (si l’on peut dire). Last but not least, on entre ici dans l’intimité du Grand Bouc en personne, son petit intérieur cosy et sa tranquille petite famille. Les ribaudes valent le coup ! Le dessin quant à lui est toujours aussi raffiné, les couleurs un peu surannées qui collent parfaitement à l’époque, les paysages urbains somptueux et les personnages très expressifs. Benn est parfaitement lancé dans cette histoire, le twist final augure de nombreux rebondissements à venir… Vite, la suite !

voir la fiche officielle ISBN 9782505019626