parution 12 avril 2002  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Historique, Fantastique - Etrange

Le marquis d'Anaon T1

L'île de Brac

Le fils du baron de Brac est retrouvé mort sur l’île de Brac. Venu pour être précepteur du jeune garçon, Jean-Baptiste Poulain découvre l’envers du décor de ce lieu inhospitalier. Les débuts d’une grande série signée Vehlmann et Bonhomme !


Le marquis d'Anaon T1 : L'île de Brac (0), bd chez Dargaud de Vehlmann, Bonhomme, Delf
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2002

L'histoire :

XVIIIème siècle. Jean-Baptiste Poulain, surnommé le Marquis d’Anaon, débarque sur l’île de Brac. Le Baron Gwenolé de Brac l’a en effet engagé pour faire le précepteur de son jeune fils, Nolwen, et lui inculquer de meilleures manières. Sur le quai, sa venue suscite l’intérêt et la méfiance de la population. Heureusement, Yvon, l’homme-à-tout-faire du baron est venu le chercher. Il le sort de ce mauvais pas et l’emmène loin de cette agitation. Le baron l’accueille à bras ouverts et l’invite à dîner à sa table. Le repas est interrompu par une triste nouvelle. On a en effet découvert le corps inanimé de Nolwen. Le baron est anéanti par cet événement. Par ses observations, Poulain remarque sur le visage tuméfié du garçon, une plaie profonde à l’œil, due certainement à une lame. Quelques jours plus tard, jugeant que sa présence n’est plus nécessaire, Poulain souhaite savoir quand repart le bateau par lequel il est arrivé. Des affaires urgentes l’attendent à Paris. Yvon lui rit au nez : le bateau est déjà parti. Il faudra attendre un mois avant que le prochain navire ne revienne. Poulain se rend donc à la taverne pour savoir si quelqu’un pourrait le ramener sur le continent. Les villageois lui font comprendre qu’il n’est pas le bienvenu, ici. Il est poursuivi par deux d’entre eux qui veulent lui faire la peau. Il parvient à s’échapper dans la forêt. Au détour d’un rocher, il croise Nolwen, la bouche ensanglantée…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après les très remarqués et remarquables Des lendemains sans nuage et Green Manor, Fabien Vehlmann continue son bonhomme de chemin avec Le Marquis d’Anaon. Sa route croise celle de Mathieu Bonhomme qui vient d'obtenir le prix du meilleur album à Angoulême pour L’âge de raison (2003). Ensemble, ils lancent Le Marquis d’Anaon, une série qui connaîtra (seulement ?) 5 albums. Dans ce premier tome baptisé L’île de Brac, on suit les pérégrinations d’un jeune homme qui doit faire face aux on-dit d’un village loin de tout, dont l’insularité a forgé la psychologie austère des habitants. Jean-Baptiste Poulain mène son enquête avec un pragmatisme, à des lieues des croyances locales, qui perpétuent la légende de l’Ogre qui a commis des meurtres durant l’été 1706. L’idée d’une malédiction fait son chemin avec la mort de Nolwen. Le cartésianisme vacille. La force de Vehlmann est de créer une atmosphère sombre avec des zones d’ombre à travers des personnages bien campés. Le baron de Brac règne avec force et puissance sur les lieux. Jean-Baptiste Poulain dévoile son passé par bribes (on apprend seulement à la fin du tome pourquoi on le surnomme « le Marquis d’Anaon »). Accompagné par le dessin déjà parfait de Bonhomme, cet album connaît un vif succès public et critique. Il remporte de nombreux prix (Prix St Michel à Bruxelles et Prix Cori à Maisons-Laffitte). Un indispensable de toute bédéthèque digne de ce nom !

voir la fiche officielle ISBN 9782205062298