parution 09 novembre 2018  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Thriller

Les Vieux fourneaux T5

Bons pour l'asile

Tandis qu'Antoine fait tout pour ne pas se réconcilier avec son fils, Pierrot anar' et radical (pléonasme) se surpasse pour torpiller le match de rugby d'Emile. Retour à plein rendement des vieux cons – mais attachants – du 9ème art.


Les Vieux fourneaux T5 : Bons pour l'asile (0), bd chez Dargaud de Lupano, Cauuet, Maffre
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2018

L'histoire :

En smoking, chapeau haut-de-forme, cigare au bec, Pierrot participe à une action militante happening devant l'ambassade de la Suisse à Paris. Avec ses vieux copains anarchistes, tous habillés en ultra riches, ils gonflent un canot de sauvetage et grimpent dedans en réclamant l'asile fiscal et en créant un joli bordel sur la voie publique. Ça ne manque pas, ils finissent dans le panier à salade de la police. Au commissariat, la fliquette (une jeune noire avec un léger embonpoint) qui l'interroge reconnaît Pierrot ! Il était son entraîneur de foot quand elle était môme ! Et c'était un sacré bon éducateur. C'est même grâce à lui qu'elle n'a pas mal tourné et qu'elle a pu entrer dans la police. Les potes de Pierrot lui jettent un regard noir. Comment un pur anarchiste peut-il être a l'origine d'une vocation de flic ? Pendant ce temps, Sophie est en train de jouer un sacré tour à son père et à son grand-père Antoine, qui ne se causent plus depuis des années. Elle leur a donné rendez-vous à tous les deux dans un troquet, pour qu'ils s'occupent de sa fille Juliette durant 24h. Elle imagine que la présence de Juliette les rendra responsable, que ce fin coup leur donnera l'occasion de laver leur linge sale et, peut-être, se lancer dans un début de réconciliation... Elle les prévient de ce challenge par texto et espionne la scène de loin. L'instant de surprise passé, elle observe que les vannes et les reproches fusent comme en 14. C'est loin d'être gagné. Pendant ce temps, Émile se pointe à l'adresse que lui a donnée Pierrot, car ils sont sensés aller a un match de rugby France-Australie ensemble. Évidemment, Pierrot est absent, car il a trouvé le moyen de se faire prolonger en garde-à-vue...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Le film adapté de la série BD Les vieux fourneaux a été légèrement écorné par la critique (ciné)... mais il a reçu un accueil public enthousiaste. Néanmoins, la série BD poursuit son destin parallèle sur les mêmes excellentes bases narratives. Dès les premières pages, on retrouve successivement nos trois papys vedettes dans des rôles qui leur siéent à merveille. En raison de son happening militant, Pierrot l'anarchiste file en garde-à-vue (prolongée) ; Antoine le papy orgueilleux ne parvient pas à laver son linge sale en famille ; et Émile l'ex rugbyman rouillé est obnubilé par son sport d'antan. À partir de ces points de départ, le scénariste Wilfrid Lupano fait progresser son intrigue générale (surtout, quid des relations familiales dans la lignée de Sophie), et il en profite pour écorner avec panache des points sensibles de notre sociologie. C'est par exemple le focus sur l'île de Nauru en Australie, qui n'a rien à envier en matière d'indignité migratoire à notre Lampedusa européenne. Ou encore un aphorisme bien senti sur la culture de la défaite française. Voire encore la contradiction dans l'idéologie anarchiste radicale de Pierrot, qui suscite des vocations de flic. Mais souligner le talent de Lupano – notamment pour les répliques bien balancées, dignes d'un Lautner – ne doit pas faire oublier le travail toujours irréprochable de son binôme au dessin, Paul Cauuet. Le trait semi-réaliste et dynamique du dessinateur demeure très à l'aise dans le registre contemporain, avec des grosses louches de séquences / d'expressions qui appartiennent au registre humoristique. La danse tribale d'Emile restera comme un moment culte de cet opus.

voir la fiche officielle ISBN 9782505071419