parution 06 mai 2011  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale, Historique

Lomax T1

Collecteurs de folk song

En 1933, Alan et John Lomax commencent à sillonner le sud des USA pour collecter, via leur phonographe, un maximum de ballades blues et folk chantées par les noirs. Un focus didactique sur une vocation magnifique et une société ségrégationniste…


 Lomax T1 : Collecteurs de folk song (0), bd chez Dargaud de Duchazeau
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2011

L'histoire :

En juin 1933, Alan Lomax et son père John campent dans une clairière, au cours d’un périple culturel qui les amène à sillonner le sud des Etats Unis. Ils sont en effet missionnés par la bibliothèque du Congrès de Washington, pour recueillir sur des rouleaux de cire, à l’aide de leur phonographe, un maximum de chansons traditionnelles, de ballades blues et folk, enregistrées au grès de leurs rencontres. Ils proposent notamment la chose aux ouvriers des cotonniers et aux détenus, des noirs souvent méprisés et dépréciés par leurs patrons ou leurs gardiens. En effet, à cette époque, l’Amérique est encore largement ségrégationniste et l’ombre du Ku-Klux-Klan n’est jamais très loin, même – et surtout – dans les rangs des forces de l’ordre. Pourtant, à condition que les blancs de qui ils dépendent acceptent, les « nègres » sont enthousiastes la plupart du temps et donnent volontiers de leur personne. Quoique tous se montrent dubitatifs devant le procédé d’enregistrement, qu’ils peinent à concevoir, malgré les explications des Lomax sur la technique et leur démarche…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

L’histoire de John et Alan Lomax, père et fils, qui vouèrent leur vie à l’enregistrement de chansons blues et folk, est totalement authentique. L’objectif, à vocation non commerciale, de ces blancs américains progressistes, était de préserver un patrimoine musicologique fabuleux, avant qu’il ne soit recouvert par les nombreuses autres influences qui commençaient alors à déferler sur les ondes radiophoniques des USA. Le récit de Franz Duchazeau, ici auteur complet, ne prétend pas être exhaustif et biographique : il se concentre sur l’intention primale des Lomax, sur la pureté de leur démarche, leur état d’esprit quasi juvénile, leur vocation philanthropique de « passeurs », pour la postérité. Duchazeau s’intéresse donc essentiellement à la tournée fondatrice d’une longue carrière (Alan Lomax a continué d’enregistrer jusqu’en 1985 !), sur une période très courte, peut-être de quelques semaines de l’été 1933. Le récit est touchant, au point de faire cruellement ressentir le manque d’un CD pour accompagner les scènes de chants (la négociation de droits aurait sans doute été une usine à gaz pour l’éditeur). Ce faisant, Duchazeau dépasse aussi la magnifique vocation de cette famille, pour focaliser sur la société ségrégationniste de l’époque, paramètre intrinsèque au sujet du blues. Selon ce point de vue, les Lomax s’émerveillent tout autant de la beauté des chants qu’ils enregistrent, qu’ils se heurtent et souffrent des mentalités racistes. La patine graphique en noir et blanc de l’auteur, reconnaissable entre mille, est toujours aussi élégante et moderne. Tantôt détaillés, notamment en débuts de séquences dans les cases servant à poser un décor ; tantôt minimalistes, lorsque la sobriété de la scène force la retenue, ses encrages et ses masses noires se montrent toujours d’une grande justesse. Un récit didactique, pétri d’humilité et de sobriété, qui rend hommage à la noblesse initiale d’un mouvement musical majeur.

voir la fiche officielle ISBN 9782205066579