parution 13 septembre 2013  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Historique

Marina T1

Les enfants du doge

Marina, la fille du Doge de Venise, va être sacrifiée pour des plans politiques troubles. Un album dépaysant et puissant, dénué d’espoir.


 Marina T1 : Les enfants du doge (0), bd chez Dargaud de Zidrou, Matteo
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2013

L'histoire :

Le professeur Federico Boccanegra, homme profondément cultivé, amateur d’Histoire et de belles femmes, recherche à tout prix le passé trouble de Venise. En effet, en 1342, le Doge Andrea Dandolo décide de sacrifier l’honneur de sa fille Marina. Il l’échange contre le fils du Sultan Orhan pour sceller un accord de paix entre Venise et l’empire turc. Le bateau Loredana transporte donc Marina, en route vers la mer Egée, pour effectuer l’échange. Marina veut aussi faire une surprise à son père : son fils Zuane accompagne sa belle-sœur pour revoir le Doge. Quand l’équipage italien arrive devant le bateau turc, Marina est anxieuse. En montant dans le bateau, les soldats italiens sont eux aussi inquiets, car quelque chose cloche. En fait, les Turcs ont été attaqués par des pirates grecs qui ont massacré l’équipage et se sont emparés du vaisseau ottoman. Marina et Zuane sont faits prisonniers et sont amenés sur l’île de Doulopolis, une prison à l’air libre où les otages de noble famille servent de monnaie d’échange. Dans le présent, au XXIème siècle, le professeur Federico marche sur les traces de Marina car son histoire est liée à la prédiction de Dante Alighieri qui annonce la destruction de Venise...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

A mi-chemin entre le souffle lyrique et la dureté des Passagers du Vent (Marina ressemble fortement à Isabeau) et le côté mystique des œuvres d’Andreas (un touriste porte d’ailleurs le nom du créateur de Rork), le premier tome de ce diptyque atypique d'aventures est un mélange étrange et exotique. Benoît Drousie, qui se cache derrière le pseudonyme de Zidrou, crée en effet un récit prenant et intriguant. Venise est le cadre idéal pour ces intrigues troubles et poisseuses. Mêlant habilement passé et présent, tout semble caché et de lourds secrets pèsent sur la ville. A l'époque contemporaine, le professeur cache ses multiples relations ; tandis qu’au XIVème siècle, les grands décideurs se déchirent pour le pouvoir. La chronologie s’emmêle et donne une impression de flou temporel, le passé revenant à la surface sous forme de malédiction. De plus, les personnages ont des personnalités bien tranchées : que ce soit le professeur ou sa femme, Marina ou le gentil fils favori du Doge (qui a d’ailleurs existé), les comploteurs italiens ou les cruels pirates. Zidrou soigne chaque détail de son récit et l’on s’attache très vite aux personnages. Au départ, l’aventure rappelle les grands livres du XIXème siècle, mais le récit au long cours tourne au cauchemar quand Marina et Zuane sont kidnappés. C’est alors une description effrayante de pirates sans foi ni loi. Dépourvu d’optimisme, l’album décrit la noirceur de l’âme humaine. Le dessin de Matteo se fait alors dur et crasseux quand on arrive sur l’île de Doulopolis. Véritable enfer sur mer, l’île est une cour des miracles où les otages et leurs ravisseurs sont de véritables bêtes, autant marqués dans leur chair que dans leur âme. Les auteurs ne nous épargnent aucun détail sordide pour mieux dépeindre la nature humaine. Les intrigants de Venise ne sont pas mieux lotis et Marina devra faire face à bon nombre d’épreuves pour trouver un semblant de paix. Très réaliste, le dessin de Matteo joue aussi sur la caricature et la déformation des visages pour critiquer l’homme et ses travers. Particulièrement criardes, les couleurs participent aussi à ce dégoût de la vie et du monde. Un récit d’aventures sombre et parfaitement mené. Suite et fin au prochain épisode…

voir la fiche officielle ISBN 9782505011248