parution 01 novembre 2009  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale

Mon année T1

Printemps

Capucine, 8 ans, trisomique, ressent le bonheur et le malheur de ses proches, désespérés par sa condition. Première « saison » d’une œuvre profondément humaine, par un duo-star franco-japonais.


 Mon année T1 : Printemps (0), bd chez Dargaud de Morvan, Taniguchi
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2009

L'histoire :

Aujourd’hui, Capucine a huit ans. Mais avant de fêter ça lors d’un grand repas de famille, elle passe un peu de temps sur la plage de Deauville, avec son papa et sa maman, puis va à sa « séance » de poney. En effet, il s’agit plus d’une séance d’éveil que d’un cours à proprement parler, car Capucine est trisomique. Pas une trisomie très grave, mais suffisante pour lui donner deux ans de retard sur les autres enfants de son âge et pour obliger la directrice à faire une recommandation douloureuse à ses parents : il faut désormais la transférer dans un IME (Institut Médico Educatif), car malgré les efforts, elle ne peut suivre une scolarité normale. En apprenant cela, les parents de Capucine sont une nouvelle fois désespérés. Cela signifie qu’à part eux, elle ne côtoiera quasiment plus que des handicapés. Ce désespoir se traduit par des engueulades, des tensions de plus en plus régulières… Capucine, elle, le sent parfaitement quand ses parents sont malheureux. Tout comme elle sent que son papa est bizarrement tout gai, à l’intérieur de lui, au contact de la jeune femme qui s’occupe de la psycho-motricité… Elle ne comprend pas pourquoi, mais si son papa est heureux, elle est heureuse. Elle se confie de ces états d’âme à son petit chien, qu’on lui a offert pour ses huit ans, et qu’elle a baptisé « Garçon »…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Quand le plus japonais des auteurs franco-belge (Jean-David Morvan) s’associe au plus franco-belge des mangakas (Jirô Tanigushi), les amateurs d’art séquentiel retiennent leur souffle et furètent curieusement sur le résultat. Quelles étincelles ce duo inédit va-t-il produire ? A l’instar de Vivaldi, ils orchestrent une œuvre hyper-sensible en 4 saisons (comme autant de volumes), s’intéressant à un sujet on ne plus glauque et délicat : la trisomie. Par moments, la narration en voix-off se met à la place d’une trisomique de huit ans : comment voit-on la vie quand on pâtit de cet état ? A quelles logiques de pensée les trisomiques obéissent-ils ? Que sont les notions de bonheur ou de malheur pour eux ?... Pour travailler sur ces questions, la grille entière des émotions humaines est à retranscrire, différemment, en évitant soigneusement le pathos ou le nigaud. Or en plus d’être prolifique, Jean-David Morvan aime se mettre en danger et il est très professionnel. Il s’est visiblement entouré d’avis de spécialistes et beaucoup documenté sur la chose, quand bien l’état des connaissances en la matière est intrinsèquement empirique, et donc le sujet glissant. Ce premier tome laisse donc par moment une impression de stagnation – à la mesure de la désespérante inertie de la trisomie. Mais Capucine et son état ne sont pas l’unique propos. Morvan considère aussi la vie des parents comme un sujet à part entière. Si la décision d’accoucher d’un enfant trisomique participe d’une forme d’aveuglement, il requiert ensuite un courage surhumain, parfois trop difficile à puiser. Comment faire face ? Où trouver l’énergie, l’oxygène nécessaire ? Comment rendre compatible cette épreuve avec sa vie conjugale et professionnelle ? Le sujet est d’une grande richesse humaine et le splendide dessin de Tanigushi, paisible et contemplatif, colorisé à l’aquarelle, est évidemment en phase. Et qu’importe si de nombreuses cases semblent autant de photographie recopiées, c’est tellement bien fait…

voir la fiche officielle ISBN 9782505007517