parution 01 novembre 2009  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Historique, Erotique

Murena T7

Vie des feux

Afin d’accomplir sa vengeance, Lucius Murena rentre à Rome. La canicule règne sur la Ville et l’empereur rêve à ses projets de grandeur… Quand l’histoire rejoint l’Histoire, autour de l’épisode incandescent le plus fameux de la vie de Néron.


 Murena T7 : Vie des feux (0), bd chez Dargaud de Dufaux, Delaby, Petiqueux
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2009

L'histoire :

Année 63 de notre ère. A des lieues de Rome, un cavalier chemine difficilement sous la neige. Sortant des bois dénudés, l’ancien gladiateur numide, Balba, approche d’une maisonnée où brûle un feu. Evix, la fille du défunt Diviciacos l’attend. Marquée au visage, l’enfant est responsable de la mort d’Acté, ex-concubine impériale et bien-aimée de Lucius Murena. Mais la colère de ce dernier – dont Galba est l’envoyé – est toute entière tournée contre Rome. Barbares et proscrits se rejoignent ainsi sur leur haine du pouvoir. Des centaines de guerriers, débris de l’armée de Cervarix et paysans soulevés, jurent ensemble « mort à l’oppresseur » ! (…). Au mois de juin, Néron pleure la perte de sa fille, Claudia Augusta, âgée de seulement quatre mois. Les dieux semblent ignorer sa douleur. Sa femme n’est pas plus un réconfort. Mais l’homme que l’empereur souhaitait voir est enfin arrivé. Accusé par Tigellin d’être à la tête d’une dangereuse secte, le prénommé Pierre est invité à s’expliquer. Par ailleurs, un autre danger – plus concret – est rapporté aux oreilles du prince. Le préfet des Vigiles prévient. L’été s’annonce caniculaire. Rome, ville industrieuse aux ruelles enchevêtrées et étroites, est prompte à s’embraser. Un incendie ? Voilà qui permettrait la renaissance d’une nouvelle cité, selon les vœux impériaux…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Quand l’histoire rejoint l’Histoire. Sept tomes que dure maintenant cette vie de Néron et la figure impériale se fissure enfin. Passé à la postérité pour avoir prétendument incendié sa Ville, l’empereur mégalomane perd de sa superbe. Toujours si scrupuleux de la trame antique (et des sources exploitées, doctement référencées), Jean Dufaux poursuit dans l’invention du détail, mettant à profit pour son intrigue – très intelligemment – les zones d’ombres du passé. Peut-être est-ce l’absence de femmes au premier plan (à l’exception de la Vestale Rubria dans un rôle de victime) mais cet album paraît plus sage. Le récit progresse posément. Sans doute l’acte final se met-il en place (…). Au travers du personnage de Lucius Murena, Dufaux semble avoir incarné les démons impériaux. Murena réalise ainsi les travers connus du prince. Comment, cette fameuse nuit de juillet 64, Rome s’embrasa-t-elle ? S’il est avéré que Néron nourrissait des projets de transformations urbanistiques, l’auteur écarte la thèse facile d’un acte fou et propose une reconstitution plausible de « l’accident » à l’origine du sinistre. Rome, ville industrieuse et dangereuse (voyez le Mont Testaceus), fut en effet l’objet dans l’Histoire de nombre d’incendies – au point qu’il existait un service de pompiers sous la coupe du préfet des Vigiles. Rien n’est sûr. En revanche, le trait de Philippe Delaby l’est lui toujours. Le cahier crayonné pour commencer laisse juge du talent de l’artiste et, par incidence, laisse apprécier la valeur ajoutée colorée signée de Jeremy Petiqueux. Superbe de tenue et d’incandescence !

voir la fiche officielle ISBN 9782505006862