parution 27 avril 2012  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Mondes décalés

Nanami T5

Le combat final

Nanami alias Akata se libère du Royaume invisible, puis y retourne aussitôt pour aider Matéo à éliminer les tyrans et s’emparer du trône. Conclusion sans grande inspiration d’une épopée de fantasy pour jeunes filles romantiques…


 Nanami T5 : Le combat final (0), bd chez Dargaud de Sarn, Nauriel, Brants
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2012

L'histoire :

En participant à une étrange pièce de théâtre, la collégienne Nanami est corps et âme passée dans le Royaume Invisible, où elle incarne la princesse Akata, héritière d’un Royaume féerique. Cependant, elle est restée bloquée dans ce monde parallèle, au moment où s’y trame un complot politique de grande ampleur. Le prince noir Okalya cherche en effet à la marier de force, afin d’assoir légitimement sa tyrannie. Dans le vrai monde, Nanami est à l’hôpital, plongée dans le coma ; dans le Royaume invisible, Akata vient de se découvrir un demi-frère (fils du roi et d’une servante), prénommé Matéo. Il est donc potentiellement lui aussi héritier du Royaume… ce qui arrangerait bien les petites affaires de Nanami/Akata, pas ambitieuse pour deux sous ! Or, c’est le moment que choisit Robinson, le partenaire de théâtre qui est amoureux d’elle, pour plonger à son secours dans l’univers du Royaume. Dès qu’il débarque, Robinson voit un rival en la personne de Matéo. Il le défie en duel. Toutefois, après quelques passes d’arme, Akata intervient pour expliquer la situation. Les deux garçons pactisent alors pour aider Akata à redevenir Nanami, en lui arrachant à la pointe de l’épée le rubis incrusté dans la paume de sa main. Aussitôt, son corps disparait de son lit hôpital et la jeune fille se retrouve sur la scène du théâtre, en costume, dans les bras langoureux de Robinson. Elle est tirée d’affaire, mais elle sait que les problèmes du Royaume ne sont pas réglés pour autant…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Avec ce cinquième volet se referme une épopée de fantasy féerico-romanesque qui a tous les arguments pour emporter l’adhésion des jeunes filles de 8 à 15 ans (en moyenne). Si vous êtes un barbu à gros biscotos, ou que vous êtes un minimum initié au 9ème art, passez vite votre chemin. Car cette conclusion, plus encore que les tomes précédents, n’est qu’une succession de stéréotypes manichéens et fleur bleue. Evidemment Nanami s’en tire, les méchants morflent (de manière parfois bien saugrenue, cf. p.58) et les gentils pactisent, malgré leurs différences… On aurait tout de même apprécié que ce soit un brin moins téléphoné, avec un minimum d’inspiration. Ici, même le gentil chat est indemne et il ne reste plus à Nanami qu’à vivre heureux et faire beaucoup d’enfants (l’un n’allant pas sans l’autre). Signalons à ce propos que Corbeyran n’est plus crédité au générique… Faut-il y voir un rapport direct de cause à effet ? L’autre déception vient du manque flagrant d’empathie émanant cette fois des personnages. Nanami elle-même tire la tronche tout du long, et on en vient à mélanger ses alliés (les Black Rose dans leurs costumes) aux physiques androgynes. Cela dit, cela n’apporte guère de confusion tant le dénouement est simpliste. Reste le dessin manga-typé de Nauriel, prenant place dans un découpage parfois exagérément aéré (mais pourquoi pas), qui aura surtout insisté sur les personnages et leurs costumes, les dorures et la flamboyance des palais en arrière-plans.

voir la fiche officielle ISBN 9782505013860