parution 09 janvier 2015  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Thriller

Paci T3

Rwanda

Ex-patron, ex-trafiquant concurrent… Paci est décidé à faire le ménage pour abandonner définitivement son passé de voyou. Mais rien ne se passe jamais totalement comme on l’a programmé. Final sans pitié d’un polar à l’énergie addictive.


 Paci T3 : Rwanda (0), bd chez Dargaud de Perriot
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2015

L'histoire :

« L’anglais » est loin d’être le seul à avoir peu apprécié le joli feu d’artifices qu’a proposé Paci : Ashram est tout aussi vert de rage de savoir que son subordonné a fait partir en fumée 600 000 euros de « produits interdits ». D’autant que le bonhomme retient captive une belle asiatique – Ashram ne sait où – certes maîtresse de son ennemi juré, mais avant tout ex-compagne dont il est toujours follement amoureux. Bref, Paci a deux fois joué avec le feu et le voilà coincé sous bonne garde dans un des bureaux privés de la boîte de son patron. L’heure de sa fin semble proche, à moins que le destin ne lui offre une porte – au moins temporaire – de sortie. Le destin s’appellera ce soir Miguy. Pacifique est tombé raide amoureux de cette jeune bordelaise, qui l’a suivi à Calais. Elle est là par hasard dans le night-club avec une copine. Ashram imagine faire pression sur Paci en promettant de ne rien lui faire si, en échange, son ex-femme rentre sans encombre au chaud. Paci accepte et demande à Miguy de rentrer chez eux. Elle ne peut pas dans l’immédiat. Elle est repérée par un jeune dragueur aux dents acérées. Pacifique aurait aimé que les choses tournent autrement mais le destin voit les choses différemment. Le voilà donc qui monte dans sa voiture pour aller chercher le colis. Il est escorté par Ashram et deux de ses sbires. Pour que la fête soit totale, il faudrait que « L’anglais » s’invite aussi. Il suffit juste d’attendre quelques kilomètres pour que tous les convives soient définitivement de la partie. Lourdement armés…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Peut-on échapper à son passé ? C’est bien là, l’essentielle question qui agite ce polar pulsionnel servi en 3 embardées, souffle coupé, pied calé sur la pédale de l’accélérateur et chevillé au charisme d’un personnage hors du commun. Paci love sa tête entre ses mains dès les premières cases de ce 3ème tome, histoire de trouver le nœud à délacer pour définitivement faire éclater ce qui le lie à son passé de voyou. Miguy, dont les courbes du ventre promettent de s’arrondir, offre un autre chemin… Il a déjà mis le feu et mis au vert dans les bois une empêcheuse de tourner en rond. Il est désormais décidé à faire éclater la grosse bulle de trafic de came dans laquelle il a trop longtemps baigné. Peu importe si les pots cassés se nomment « Ashram » et « L’anglais ». Reste les grains de sables. Ceux qui emmerdent toujours les machines huilées. Ceux qui décident de faire un tour en boîte. Ceux qui décident de payer aux jeunes filles des whisky-coca. Ceux en costard-cravate qui connaissent le calibre exact d’une arme à feu dès la première détonation. Faudra que Paci fasse avec... ou pas. Ainsi la messe sera dite avec cet ultime opus toujours construit à l’adrénaline des polars modernes, option sans concession et aucune pitié. On aime ce rythme fou calqué sur l’accélération des bagnoles que conduit ce grand black tatoué dans le dos. On aime cette composition narrative dédiée à l’image avant tout (un vrai scénario de dessinateur…) et jumelle des meilleures mises en scène filmées (petit ou grand écran). On aime enfin définitivement la composition du personnage central et ce trait de dessin efficace et nerveux. On regrettera juste le final sec, abrasif portant un joli coup plein estomac. Mais aussi que de nombreuses pistes narratives – pourtant un brin tisonnées – n’aient pas été carrément exploitées. Reste un récit de 240 pages à l’énergie addictive et conduit avec maestria.

voir la fiche officielle ISBN 9782205073812