parution 06 septembre 2013  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale

Paco les mains rouges

Paco est condamné au bagne en Guyane à perpétuité. Un sujet fort, traité avec intelligence et finesse.


Paco les mains rouges, bd chez Dargaud de Vehlmann, Sagot
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2013

L'histoire :

Ancien instituteur, Patrick Comasson, dit Paco dans le milieu, est condamné pour meurtre, au bagne à perpétuité en Guyane. Trop heureux d’avoir échappé à la mort, Paco bénit sa bonne étoile pour avoir évité le couperet de la guillotine. Avec toute une troupe de prisonniers, Patrick est acheminé vers le bateau. Personne n’a le droit de parler pendant cette expédition, mais certains bravent l’interdit et lancent une dernière phrase à la France en guise d’adieu. Paco, lui, recherche sa fiancée parmi la foule, mais ne parvient pas à la voir. Sur le pont, plusieurs prisonniers pleurent comme des gosses. Tous sont parqués dans des cages, mais un système de hiérarchie s’installe. Les caïds sont traités avec respect, tandis que des tatoués durs à cuire font peur aux autres. Paco se rapproche de l’un d’eux, Armand, dit la bouzille, pour obtenir une protection. La bouzille est spécialisé dans les tatouages et Paco s’en fait faire un dans le dos, pour se faire respecter parmi les autres prisonniers. Le motif est la mort qui tient la faucheuse, pour se souvenir qu’il était tout proche de périr par la guillotine. Les bagnards arrivent en Guyane et Paco est surpris de l’endroit paradisiaque. Il ne se doute pas qu’il va y vivre un véritable enfer...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Cayenne : le bagne à la réputation sulfureuse de Guyane. Le sujet méritait bien une bande dessinée. A travers le faux témoignage d’un condamné, on comprend très vite pourquoi Cayenne est devenu tristement célèbre. Le lecteur suit pas à pas le parcours de cet instituteur qui a eu le malheur de verser le sang. Traités d’entrée comme des animaux, les bagnards vont perdre petit à petit toute leur humanité. A travers la voix off de Paco qui raconte son calvaire, Fabien Velhmann ne nous épargne aucun détail sordide. Avec pour objectif de décrire le plus fidèlement la terrible réalité, l’auteur dénonce le traitement réservé aux bagnards, les règlements de compte, les viols, les lourdes peines, l’impossibilité du retour en France, les exactions des maîtres… Tout est dévoilé au grand jour. Les mots pleins de tristesse de Paco tentent toutefois d’atténuer cette réalité terrifiante, même si certains passages sont très durs. Cependant, Velhmann ne verse pas dans le dramatique et tente d’apporter la vision la plus juste de ce que pouvait être le bagne en Guyane. En se focalisant sur l’humain, on évite de tomber dans des descriptions malsaines et insoutenables. Paco change au fur et à mesure de cette horrible expérience et s’endurcit, mais il construit également des liens avec d’autres amis d’infortune. Ce récit de vie est poignant et plein de pudeur, malgré la dureté des évènements. Le trait d’Eric Sagot est faussement naïf, mais le jeu des couleurs sombres illustre à merveille l’enfer de Cayenne. Le dessinateur, s’étant rendu plusieurs fois sur place avant de réaliser l’album, réalise un beau travail de reconstitution du décor et des costumes de l’époque. Cette histoire prévue en deux tomes est un témoignage fort sur le bagne de Cayenne. Les assassins ne sont pas ceux qu’on pense…

voir la fiche officielle ISBN 9782205068122