parution 20 janvier 2017  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Thriller, Historique

Shi T1

Au commencement était la colère

Suite à la découverte du cadavre d’un nourrisson et de sa mère bouleversée en pleine Exposition universelle, une jeune noble décide de mener l’enquête. Début d'une nouvelle série sombre, déstabilisante, mais surtout très accrocheuse…


 Shi T1 : Au commencement était la colère (0), bd chez Dargaud de Zidrou, Homs
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2017

L'histoire :

Londres, mai 1851. La toute première Exposition Universelle vient à peine d’ouvrir ses portes, que le monde s’y bouscule déjà. Parmi eux, une noble famille anglaise du nom de Winterfield est venue au grand complet pour l’événement. A peine ont-ils mis les pieds dans le Crystal Palace, le lieu qui accueille l’exposition, que la famille est abordée par une pauvre enfant qui leur réclame une pièce pour se nourrir. La famille est choquée de retrouver une « pouilleuse » dans un endroit aussi prestigieux, à l'exception de la jeune fille du Colonel Winterfield, Jennifer. Cette dernière remet une pièce à l’enfant en lui conseillant de ne plus revenir, si elle veut éviter les problèmes. Plus loin, dans l’exposition, Jennifer, qui vient de se trouver une nouvelle passion avec la photographie, s’arrête pour prendre un cliché d’une belle japonaise portant son bébé dans ses bras, au sein d’un décor enneigé. Mais soudain, alors qu’elle s’apprête à capturer l’instant, elle se rend compte que le bébé est mort ! À mesure qu’elle s’approche de la jeune femme, cette dernière s’affole tout en parlant dans sa langue natale. Pour la calmer, un policier présent sur place décide de lui donner des coups de matraque, avant de l’évacuer avec des collègues en direction de l’asile. Jennifer récupère le corps du nouveau-né et l’apporte à son oncle médecin, qui constate qu’il est décédé depuis au moins 24 heures…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Pour sa nouvelle série, le talentueux scénariste Zidrou nous propose un premier tome extrêmement déstabilisant. En effet, le récit débute à notre époque et s’articule autour d’un procès gagné par un marchand d’armes. Puis en plein climax, l’histoire fait un bond en arrière et nous envoie en plein Londres victorien. Là, on a à peine le temps de découvrir deux jeunes femmes et une enfant courant sur les toits afin d’échapper à la police, que l’intrigue refait un (petit) bond dans le temps afin de nous ramener en 1851, lors de la toute première Exposition universelle. Bien sûr, il faudra attendre la fin de l’album afin de comprendre le lien entre ses trois époques. Et nous nous retiendrons bien de vous le révéler ici. Tout ce qu’on peut vous dire, c’est que le récit principal met en scène une noble anglaise du nom de Jennifer qui va enquêter avec une japonaise du nom de Kitamakura afin de savoir ce qui est arrivé à son bébé. Et ce, quand bien même aucune d’elles deux ne parle la langue de l’autre. En plus de cela, le scénariste nous propose encore bien d’autres trouvailles que nous ne révélerons pas non plus pour ne pas gâcher le (grand) plaisir de lecture. Sachez simplement que cette première partie est aussi sombre que prenante et aussi mystérieuse qu’intrigante. Bref, l’album est tout simplement excellent et pas que sur le plan de l'intrigue. La mise en images de José Homs (Millenium) est tout bonnement excellente, en parfaite adéquation avec la puissance du récit. Si vous êtes fan de polar et d’ambiances sombres, courez chez votre libraire dès la sortie de l’album, vous ne serez pas déçu !

voir la fiche officielle ISBN 9782505064411