parution 27 novembre 2009  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Humour, Conte - Féerie

Socrate le demi-chien T3

Œdipe à Corinthe

Socrate le demi-chien devient providentiellement le protecteur du petit Œdipe, auquel les oracles ont prédit un destin de psychopathe. Faut-il anticiper ou éduquer ? Une pépite de philosophie et d’humour !


 Socrate le demi-chien T3 : Œdipe à Corinthe (0), bd chez Dargaud de Sfar, Blain, Sapin
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2009

L'histoire :

L’oracle est formelle : Œdipe, le fils que le roi vient d’avoir, tuera son père et couchera avec sa mère. C’est la raison pour laquelle le roi fait zigouiller l’oracle et demande à un de ses meilleurs soldats d’emmener le bébé super loin et de le poignarder (deux précautions valent mieux qu’une). Le soldat s’exécute, prenant soin du nourrisson (pour bien le poignarder, mieux vaut qu’il ne meurt pas en route), jusqu’au terme de son long périple. Or, du coup, il s’y attache et n’a finalement pas le cœur à commettre l’infanticide exigé. Il le pend donc par les pieds à un arbre et se casse. C’est alors que Socrate, rejeton canin du chien de Zeus, surgit d’un taillis. Dans toute sa philosophie, il explique au soldat que nulle destiné n’est scellée à l’avance : sachant la prédiction, il suffit de faire correctement l’éducation du bébé pour supprimer chez lui toute velléité de tuer son père et de coucher avec sa mère. Le soldat refuse : il craint plus la colère de son roi que celle de Zeus. Socrate tente le coup de bluff de la colère divine et contre toute attente, ça marche : le soldat est happé par des démons telluriques. Voilà donc Socrate seul avec Œdipe bébé et… Zeus, qui lui dit qu’il fait une connerie. Trop tard : le roi de Corinthe entre en scène et sa femme a justement un puissant désir de maternité…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Il y avait un moment que ces deux couillons là d’auteurs ne nous avaient pas ravis d’une aventure philosophi-comique. 5 ans sans Socrate le demi-chien, et le lecteur amateur de petits délires antiques et finauds était comme perdu dans la nuit. Il y eut certes bien quelques Aventures extraordinaires de Larcenet pour combler le vide entre temps, mais « Socrate », ça reste quand même plus porteur, comme nom, quand on veut philosopher. Bref, le canidé semi-divin nous implique, cette fois, dans tout un tas de réflexions universelles autour de l’éducation, de la destiné, de l’apport acquis du père et de la mère dans les comportements de la progéniture… La question centrale est posée, resplendissante de potentiel : vaut-il mieux être une couille molle, qu’un parricide qui va niquer sa mère ? Car évidemment, quitte à philosopher sérieusement, autant le faire en se bidonnant complètement, c’est beaucoup plus vendeur (au sens noble). Et voilà Héraclès qui ramène sa fraise, alors qu’il a lui aussi de quoi se poser des questions sur le sujet, vu qu’il est fils de Zeus. Le propos et ses dérivés tentaculaires sont monstrueusement géniaux, et les dialogues de Joann Sfar, toujours en verve, jubilatoires de second degré et percutants d’humour. Ils se complètent du dessin « nouvelle vague », si particulier, si souple et néanmoins si pertinent de Christophe Blain (Isaac le pirate, Gus). A noter que l’aventure s’étalera cette fois en diptyque : Œdipe roi est à suivre… tout un programme !

voir la fiche officielle ISBN 9782205057171