parution 01 mars 2009  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Science - fiction

Terres lointaines T1

Sur Altaïr-3, un alien bienveillant aux allures de crustacé géant, se révèle un formidable guide pour chercher le père de Paul, introuvable. Episode pilote d'une nouvelle saga de SF signée Léo, dans la veine des mondes d'Aldébaran. Fascinant !


 Terres lointaines T1, bd chez Dargaud de Léo, Icar
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2009

L'histoire :

Paul (18 ans), Daphné (13 ans) et leur mère, font partie des passagers qui migrent sur Altaïr-3, une planète très éloignée de la terre. Alors que les passagers sont tous un peu nerveux par la l’entrée dans l’atmosphère de leur navette, Paul tente de séduire une charmante voisine, Claire, en la rassurant de ses connaissances techniques... en vain. A l’aéroport, ils cherchent des yeux leur père, mais… personne. Ils tentent de l’appeler à l’aide de leur communicator, mais le paternel est absent de tous les registres communs. Ils poireautent donc un peu devant le bâtiment, tandis que les environs se dépeuplent progressivement… Ils prennent alors la mesure de la dangerosité du quartier. Un autochtone leur évite de gros ennuis avec deux types patibulaires et les emmène à l’hôtel. Dans les heures qui suivent, Paul se balade, s’imprégnant de l’atmosphère particulière de la planète. Il en profite pour faire u tour au commissariat local, mais la police n’a plus de trace de lui depuis 3 ans. Leur mère déniche alors un job de serveuse dans un restaurant : il faut bien survivre ! Ils sont ce même jour violemment agressés dans la rue par 3 délinquants et y réchappent grâce à l’intervention d’un stepanerk, un extraterrestre à l’allure de crabe. Intelligent, puissant, bienveillant, autonome et uniquement motivé par la curiosité, Monsieur Step, comme ils l’appellent désormais, s’avère être un guide précieux. En quelques heures, il trouve une piste sérieuse pour retrouver leur père (au sein d’un bordel de robots !) et permet à Paul d’être engagé au sein d’une équipe d’archéologues, en partance pour un continent voisin… où se dirige la piste de leur père. Evidemment, Monsieur Step est de la partie…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Les fans des mondes d’Aldébaran peuvent se réjouir : ce premier opus de Terres lointaines, très attendu, reste dans l’esprit des univers de science-fiction développés par Léo, avec un renouvellement bienvenu. Ici, pas de Kim, pas de Mantrisse ou de biotope luxuriant. La colonisation d’Altaïr-3 en fait une planète relativement fade et déjà bien souillée par la connerie humaine. La quête du père y est alors prétexte à vivre une aventure extraordinaire, aux côtés d’un invulnérable garde du corps. Car le point d’orgue de cette mise en bouche se trouve être la rencontre du jeune héros, Paul, avec le Stepanerk, la créature qui pose en couverture, surprenante à tous points de vue. Son apparence hideuse de langouste géante cache une intelligence, une grandeur d’âme et une sagesse infinie, que complètent une formidable aptitude au combat, un courage sans borne et un léger don de préscience. Cette bienveillance désintéressée au service des êtres sensés et honnêtes, est une thématique récurrente chez Léo : on la retrouve chez la Mantrisse d’Aldébaran ou encore chez les Iums de Bételgeuse. En mer comme sur terre, Monsieur Step gère (on n’en dit pas trop, pour conserver toute la saveur de la découverte) et Léo, formidable créateur de mondes, nous fascine une nouvelle fois. Le dessin est quant à lui assuré par Icar, alias Francard (alias Franck Picard), déjà pas mal rôdé à la SF à travers ses 3 précédentes séries Jeepster, Fatum et Anamorphose. Une fois passées les premières planches, un peu ternes, la finesse de son trait se révèle tout à fait à la hauteur de l’aventure (et compatible avec la « Léo’s touch »). Sans compter qu’il faut une bonne dose de savoir-faire (et de rigueur !) pour animer sous tous les angles une créature aussi complexe que le stepanerk (moi aussi j’en veux un à la maison !)

voir la fiche officielle ISBN 9782205060423