parution 23 août 2013  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Policier

Tyler Cross T1

Dans les années 50, au Texas, un gangster froid enchaîne les déconvenues, alors que la mission qui lui avait été confiée par un vieux parrain semblait parfaitement huilée. Un polar jubilatoire traité avec grand brio.


 Tyler Cross T1, bd chez Dargaud de Nury, Brüno, Croix
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2013

L'histoire :

Chapeau mou vissé sur le crâne et fusil à chevrotine entre les pattes, Tyler Cross se demande s’il va franchir le Rio Bravo. Jamais bon signe pour un voyou, que de franchir ce fleuve… Six jours plus tôt, notre bonhomme ne se posait pas ce genre de question. Il était en effet en train de sucer quelques olives en compagnie du vieux Di Pietro, un parrain de la mafia américaine un brin malade mais encore parfaitement au fait de ses affaires. L’une d’entre elle le conduit d’ailleurs à demander à Cross de piquer à Tony Scarfo 17Kg de came mexicaine en prenant soin d’envoyer ad patres le voyou : Di Pietro n’apprécie pas que ce jeune blanc-bec veuille prendre son fauteuil. La proposition semble convenir à notre braqueur de talent. Une formalité qu’il ne tarde pas à millimétrer avec sa partenaire, la belle et brune CJ. Aussi, Scarfo est-il séduit, la porte de son appartement est-elle forcée, sa mâchoire enfoncée par la violence d’un coup de poing et son crane caressé par le canon d’un pistolet. Reste à récupérer la came en obligeant Scarfo à organiser une rencontre avec le clan mexicain qui la détient. Cependant, Tyler et CJ n’ont pas prévu que Tony joue les braves. De facile, l’affaire tourne alors rapidement en eau de boudin. Et ce n’est malheureusement pour Tyler Cross qu’un début…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Brillamment compères sur Atar Gull, le tandem Fabien Nury / Brüno dégaine une seconde fois pour une histoire de gangsters sur les bords du Rio Bravo. Ah ! Les petits salopiauds ! Salopiauds qui nous scotchent à leur bouquin au rythme d’un scénario jubilatoire gonflé de testostérone, découpé façon cador de la narration et d’un dessin bluffant de mouvements, cadré façon fortiche du plan cinéma. Résumé en deux, trois formules, le prétexte à cette rigolade saignante et nourrie de rebondissements est on ne peut plus classique : un gangster froid comme la lame d’un couteau se retrouve dans une ville paumée du Texas – tenue par une famille autoritaire omnipotente – avec pour mission de ramener 17kg de came pure à un gros mafieux. Du petit lait pour tout amateur de polar noir – option année 50 – rendu rapidement aigre-pimenté à la faveur d’un tourbillon de déconvenues empruntant les aléas d’une carambouille à la Tarantino. Tout partira rapidos de traviole, laissant les calculs successifs de Tyler Cross, notre héros, en prendre de grands coups dans les dents. Obligé de défourailler à tout va ; obligé de remettre de l’ordre dans cette ville de bouseux ; obligé d’aider le père d’une future mariée ; obligé d’acheter 6kg de farine ; obligé de faire dérailler des trains ou de faire péter à l’explosif des bâtiments : notre bonhomme évitera de faire perler la moindre once de sentiment (quoique…) pour se sortir (quoique…) du guêpier dans lequel son métier l’a fourré. On pourrait malaxer le récit pendant des heures pour vous en extraire tout le jus. Mais le plus simple sera de vous jeter furieusement dessus comme un jeune puceau impatient de goûter au tournis enivrant de ce western sans cow-boy, mais avec gangsters et mafieux à chaussures bicolores. Tout est ici parfaitement fait. Nos deux maestri prennent le temps. L’un joue en virtuose avec la time-line du récit comme un chenapan content de lui. Compose la psychologie de ses personnages avec une savoureuse épaisseur, nous attachant sans complexe à leur déveine, leur brutalité ou leur complète amoralité. L’autre donne l’impression de dessiner à plusieurs crayons, millimétrant ses cases ou réussissant la prouesse de nous en transmettre le son. Le tout impeccablement servi par le jeu de couleurs de Laurence Croix. Bref : du tout bon, confirmant la parfaite alchimie de ce duo. L’un sachant parfaitement comment servir l’autre et inversement.

voir la fiche officielle ISBN 9782205070064