parution 08 novembre 2013  éditeur Dargaud  Public ado / adulte  Thème Guerre, Mondes décalés

WW2.2 T7

Paris, mon amour

Paris vit sous la peur car Himmler semble avoir construit une arme atomique. Un final surprenant et émouvant pour un projet rondement mené.


 WW2.2 T7 : Paris, mon amour (0), bd chez Dargaud de Chauvel, Boivin, Delf
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dargaud édition 2013

L'histoire de la série :

La seconde guerre mondiale a pris de drôles de virages : alors qu’Hitler a été assassiné, Goering et Himmler prennent la tête de l’Allemagne nazie. Les Américains s’allient avec les Japonais et commencent à s’armer pour rentrer dans le conflit. Dans le même temps, Staline, allié des Allemands, s’associe avec la Chine de Mao. La seconde guerre mondiale n’est donc plus ce qu’elle était et les cartes sont profondément redistribuées. Luttes de pouvoir, conflits sanglants, actions héroïques ou traîtrises dans l’ombre : le conflit met en lumières soldats comme civils, homme politiques comme résistants venant de tout pays et de tout parti.

L'histoire :

1944 : la guerre atteint son paroxysme et beaucoup de pays s’inquiètent de l’issue du conflit. Ainsi, Mussolini commence à discuter avec les Alliés pour une éventuelle reddition, tandis que la Chine et la Russie sont victimes des coups de boutoir des Etats-Unis. Himmler évite plusieurs attentats et en profite alors pour épurer son Etat Major. Les Français et les Alliés progressent sur le front allemand. La bataille de Cologne est particulièrement meurtrière mais la ville finit par tomber. C’est dans ce contexte que le sergent-chef français Meunier mène une guerre particulière en participant à des missions d’infiltration hautement dangereuses. Désabusé, Meunier ne ressent plus la souffrance humaine après avoir vu tant de morts autour de lui. Pourtant, son calvaire n’est pas fini : le colonel Labourot lui confie une nouvelle mission, quasi suicidaire. Avec une équipe de scientifiques, il devra entrer dans un centre de recherche allemand à Peenemünde. En effet, Paris est menacée : l’Allemagne semble avoir construit une arme nucléaire qui fera basculer le monde dans l’horreur...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Suite et fin de l’uchronie WW2.2 qui réécrit sans scrupule la Seconde Guerre Mondiale. Les mêmes auteurs que pour le premier tome rempilent pour clore le cycle, en reprenant leur personnage vedette : le sergent chef Meunier. Comme les autres épisodes de la série, l’album est un subtil mélange d’actions et de psychologie. L’action ne faiblit pas avec le parcours de Meunier, véritable kamikaze de l’armée française. Embarqué dans des missions impossibles, Meunier emmène le lecteur dans des aventures à risques trépidantes et prenantes. Le suspense est savamment dosé dans ces moments là et l’on a presque l’impression de revivre le fameux film de guerre Quand les aigles attaquent. En effet, la mission d’infiltration de l’expédition française par-delà les lignes allemandes maintient en haleine le lecteur du début à la fin. Cependant, David Chauvel ne glorifie pas la guerre, même s’il salue le courage de ses combattants. Bien loin d’une vision idyllique, le scénariste s’applique à montrer les terribles réalités du conflit. Les cicatrices que porte le personnage montrent qu’il est profondément marqué par le spectacle de la mort et de la violence. Ainsi, la voix off de Meunier apporte un recul et un détachement ironiques, profonds et subtils à la fois. Pourtant, le soldat français est loin d’être au bout de ses surprises puisqu’il va découvrir que l’homme peut être encore plus affreux qu’il ne l’imaginait. En se rendant en Allemagne, il découvre l’horreur des camps de concentration. De touchante façon, Chauvel fait parler des prisonniers de guerre qui ont survécu à l’enfer. Les planches qui relatent l’ignominie sont totalement absentes de textes, comme si l’on ne pouvait jamais rendre complètement compte de ce qui s’y est passé. L’uchronie se fait alors dénonciation forte et émouvante. Elle décrit avec justesse la réalité de cette époque : le traitement barbare réservé aux prisonniers, l’ignorance de l’horreur, l’impossibilité de comprendre l’enfer sans l’avoir vécu… Le récit bascule à partir de cet événement et la série ne pouvait finir sans aborder la page la plus noire de la seconde guerre mondiale. Pourtant, le final détonne un peu par rapport à la profondeur du reste et tombe dans le sensationnel... L’ensemble reste puissant, bien servi par un dessin simple et efficace. Une conclusion forte pour une série qui aura tenu ses promesses.

voir la fiche officielle ISBN 9782205068061