parution 01 mars 2008  éditeur Delcourt  collection Terres de Légendes
 Public ado / adulte  Thème Heroic-fantasy, Aventure - Action

Aster T4

Tattva

Après leur expérience dans le Nijaï, les élus de la prophétie transmettent leur révélation au monde d’Aster. Conclusion d’une saga d’heroïc-fantasy un peu alambiquée, mais somptueusement dessinée !


 Aster T4 : Tattva (0), bd chez Delcourt de Clavery, Cauuet
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2008

L'histoire :

Dans le monde d’Aster, 3 jeunes élus, Pamu, Soyal et Odan, ont été providentiellement réunis pour accomplir une mystérieuse prophétie. Ils sont les « Shri’yads », chacun porteur d’un talisman de couleur et doivent, pour accomplir leur destin, trouver le Nijaï. Au sein de ce temple légendaire, ils doivent subir une épreuve initiatique en compagnie d’un mystérieux quatrième élu. A l’arrivée, ce dernier élu s’avère être leur pire ennemi, Gadriel de Laussor… ce qui ne les empêche pas de se prêter, ensemble et réunis, au rite du Nijaï, duquel Gadriel ressort écorché vif. Pamu, Soyal et Odan ressortent eux vieillis d’une bonne dizaine d’année, emplis de sagesse et de maturité. Ils ont eu une révélation de taille : leurs dieux n’existent pas. En apprenant la nouvelle, le gardien du culte Woo’Tan commence une douloureuse remise en question. Trop de mort, trop de douleur… pour ça ! Leur retour à la civilisation est terriblement douloureux : ils sont rejetés et haïs par la population pour être à l’origine d’une telle révélation. Pendant ce temps, Gadriel est revenu à Ashedine où il se venge des 3 vieillards qui l’ont envoyé se faire défigurer. Il en profite pour s’emparer du pouvoir…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Il y a des prophéties plus limpides… Comme pour tenter d’éviter le piège de la quête d’heroïc-fantasy consensuelle (le premier tome y fonçait tout droit), Paul Clavery a peu à peu étoffé son intrigue, jusqu’à la rendre un brin confuse. Au fil des tomes (les deux derniers, surtout), les rebondissements et les relations se sont complexifiés, parfois au détriment de la psychologie des personnages. Ainsi on ne s’étonne plus de telle traîtrise ou de tel revirement de position… Ajoutez à cela des termes barbares avec des apostrophes dedans (Shri’yads, Ksatrias, Indrïs…). Dans ce quatrième tome, plus grave, le scénariste parvient encore à relancer son intrigue tout en nous ménageant de pures séquences d’action. Sans temps mort, la cohérence d’ensemble est sauve, bien qu’un peu bancale car s’appuyant sur un sacré lot de révélations tarabiscotées. En effet, en 5 planches finales relativement denses (et écrites tout serré !), Clavery nous propose un éclairage inattendu et un peu gros. Le principal atout de ce gros morceau d’explications (sur 62 planches !) reste donc le dessin de Paul Caueet, dont les progrès auront été flagrants à chaque tome. Au fil des 4 volumes, le dessinateur a en effet peaufiné son style, jusqu’à proposer ici un rendu graphique d’une belle maîtrise. Cette fois, cela se sent surtout au niveau des couleurs, subtiles et pétillantes de mille reflets et ombres, mais aussi sur la truculence des personnages, les décors enchanteurs, les cadrages savoureux… Cette esthétique est désormais comparable à celle de Virginie Augustin (Alim le tanneur), ce qui n’est pas la moindre des références. Chapeau !

voir la fiche officielle ISBN 9782756005362