parution 21 mai 2014  éditeur Delcourt  collection Conquistador
 Public ado / adulte  Thème Western, Humour

L' Homme qui n'aimait pas les armes à feu T3

Le mystère de la femme araignée

Byron, Tim et Hoggard sont toujours à la recherche de Margot pour récupérer de précieux documents. Episode classique et plein d’actions d'un pur western spaghetti, pour quelques bouts de papier de plus...


L'Homme qui n'aimait pas les armes à feu T3 : Le mystère de la femme araignée (0), bd chez Delcourt de Lupano, Salomone, Champelovier
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2014

L'histoire :

Tim Bishop marche difficilement dans le désert sous une chaleur de plomb. Ses forces l’abandonnent petit à petit, lorsqu'il tombe enfin sur l’Indien. Cependant, il est seul et blessé. Il raconte à Tim que Margot a profité d’une halte et a pris son arme pendant son sommeil. Tim reste persuadé que Margot est pleine de bonnes intentions et toujours amoureuse de lui. Il récupère les mules de l’Indien et construit un brancard de fortune pour transporter le blessé. L’Indien raconte alors qu’il vivait ici autrefois au milieu de ses frères navajos. C’était en 1852, au pied du Spider Rock. A cette époque, il avait quitté la région pour suivre le photographe Artemus Wittick. Ce dernier avait besoin de lui pour pouvoir approcher les Indiens et les persuader qu’on pouvait prendre des clichés d’eux sans que leur âme soit volée. L’Indien était si heureux qu’il resta au service des Wittick, même après l’abolition de l’esclavage. Finalement, c’est le fils Wittick, Jonas, qui avait pris la relève car les affaires allaient mal. Il décidait alors de revenir en Arizona avec l’Indien pour travailler des poteries artisanales qui font couleur locale. Malheureusement, Jonas a été torturé par des bandits mexicains et l’Indien s’est retrouvé tout seul...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Tim, le bon, Hoggard, la brute et Byron, le truand, vont sillonner l’Arizona à la recherche d’un trésor inédit : les documents du deuxième amendement (le fameux amendement sur le port d’armes à feu). Il va falloir pourtant retrouver la vénéneuse Margot, tâche des plus ardues, tant la belle est maligne et manipulatrice. Ce western spaghetti, sous la patte de Wilfried Lupano, se base sur un procédé classique de course-poursuite. Dans ce tome, Lupano abandonne quelque peu ses outils narratifs (ses colts pourrait-on dire, tant son écriture est une tuerie !) pour laisser libre cours à l’action. Comme dans un bon western, le rythme devient oppressant, sous la chaleur de plomb du désert. On bénéficie ainsi des grands poncifs du genre avec fusillades, évasions, attaques de diligence… Les dialogues sont plus rares et la narration moins complexe, mais Lupano travaille habilement ses effets de transition, offrant quelques grands moments de surprise. A mesure qu’on se rapproche du dénouement, les trois amis malgré eux font aussi de belles rencontres. L’occasion de traiter certaines vies difficiles, malheureux destins marqués par la dureté de l’ouest américain. Ainsi, quelques flashbacks bien choisis évoquent la misère indienne, la violence du christianisme et le Ku-Klux-Klan. L’album est aussi un hommage aux nombreux westerns du 9ème art : le titre évoque une aventure de Jonathan Cartland (Le trésor de la femme araignée) tandis que la colère noire d’Hoggard rappelle furieusement Quatre doigts, l’homme de papier de Manara. N’oublions pas le second pistolero, responsable du dessin de l’album. Paul Salomone s'approche avec brio des décors sauvages, arides et sublimes, des albums de Jean Giraud. L’opus a un goût de sable chaud et de poussière tant les paysages sont superbement travaillés. Loin de s’essouffler, l’épisode joue donc beaucoup plus sur l’aspect classique du western avec ses courses-poursuites et ses morts à répétition : un album qui promet un beau final !

voir la fiche officielle ISBN 9782756033556