parution 17 avril 2013  éditeur Delcourt  collection Conquistador
 Public ado / adulte  Thème Historique, Thriller

La Grande évasion T5

Dien Bien Phu

1953 : les soldats français sont au plus mal, bloqués dans la jungle au Vietnam et en plein cœur du combat. Un récit inégal, malgré une bonne entrée en matière pour découvrir la guerre d’Indochine.


La Grande évasion T5 : Dien Bien Phu (0), bd chez Delcourt de Gloris, Le Saëc, Corgié
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2013

L'histoire :

Novembre 1953 : le soldat d’origine algérienne Rachid écrit à sa femme Najate et lui raconte en détails les difficultés de la guerre au Vietnam. Les soldats français sont bloqués dans une vallée perdue proche de la frontière du Laos et doivent défendre le territoire contre l’ennemi communiste. Finalement, sa femme lui répond dans un long courrier : elle et ses enfants Aïcha et Barka ont hâte qu’il revienne à la maison. Najate envoie même une photo où on la voit enceinte. Quelques temps plus tard, la garnison française attend des renforts thaïs pour grossir les rangs de l’armée française. Finalement, les Asiatiques arrivent, mais ils ne sont qu’une centaine au lieu des milliers promis au départ. Les Rouges Viet-Minhs ont exterminé le gros de la troupe et beaucoup d’autres ont déserté par peur des représailles. Les Thaïs viennent rendre compte de leur mission au général, mais les Français voient d’un mauvais œil l’entrée des asiatiques dans leur propre camp…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Beaucoup de livres existent sur la guerre d’Indochine mais la bande dessinée s’est à ce jour très peu penchée sur le sujet. Cet album a le mérite de rétablir ce manque. D’emblée, les auteurs tentent d’apporter un regard total sur la guerre. En effet, le conflit est vu sous l’angle de nombreux soldats : de l’Algérien expatrié au bon Français raciste : l’Indochine est aussi un choc des cultures. Sans compter la « trahison » de certains asiatiques qui ont pactisé avec l’ennemi pour lutter contre le communisme ou parce qu’ils n’avaient tout simplement pas le choix. Ainsi, Thierry Gloris présente les dessous de la vie de soldats dans l’enfer de la jungle. Aucun détail n’est épargné : envoi de ravitaillement, pause dans des bars improvisés, missions à hauts risques, bombardements incessants, le refuge dans la fausse tendresse d’une asiatique qui donne de son corps pour la patrie, la haine du jaune, la stratégie militaire… De jours en jours, de combattants en combattants, le lecteur découvre la vérité sur un conflit sanglant et impitoyable. Même si l’on suit les soldats français, Gloris se refuse à tout manichéisme et ne verse pas dans le patriotisme ou la critique facile : les deux camps ont leurs torts et le réalisme de la guerre ne s’embarrasse pas de sentiments. La cruauté des soldats français répond à l’enfer vert ; les tortures viet-congs répondent au racisme des Français. L’album est toutefois bien touffu et difficile à suivre, comme si le lecteur était lui-même piégé au cœur de cette jungle infernale. Dans une volonté d’être le plus exhaustif possible, Gloris enchaîne les petites histoires qui font la grande et le lecteur bascule très rapidement et sans transition d’un personnage à un autre, et parfois d’un camp à un autre de façon brutale et assez artificielle. De plus, le trait d’Erwan Le Saëc est souvent grossier et peu subtil sur la représentation des personnages et particulièrement sur les visages. Il est donc difficile d’identifier chacun des nombreux protagonistes que l’on suit tout au fil de l’album. La fin est aussi décevante par rapport au réalisme apporté au départ : l’histoire devient franchement romanesque et le conflit prend des allures d’héroïsme (à la Rambo) qui casse toute la dynamique de l’ensemble. Une tentative honnête de représenter la guerre d’Indochine, même si certains procédés restent discutables et un peu faciles… « chiens d’impérialistes ! »

voir la fiche officielle ISBN 9782756026121