parution 30 août 2017  éditeur Delcourt  collection Terres de Légendes
 Public ado / adulte  Thème Mondes décalés, Conte - Féerie, Humour

La nef des fous T8

Disparition

Le sergent Bonvoisin et Baltimore se retrouvent pour une nouvelle enquête au sommet, et encore une fois en sous-marin. Il s’agit ici de la disparition de la reine… Hui ans après, Turf entame une nouvelle trilogie, toujours aussi belle et déjantée.


La nef des fous T8 : Disparition (0), bd chez Delcourt de Turf
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2017

L'histoire :

Le sergent Bonvoisin retrouve son agent préféré, Baltimore. Reconverti vendeur de matelas, celui-ci dort enfin tranquillement. Mais les ennuis arrivent en même temps que son sergent. Il apprend qu’il a continué depuis plusieurs mois de toucher son salaire de policier, puisque son supérieur n’avait pas transmis sa lettre de démission. Malgré lui, il suit donc Bonvoisin qui lui explique leur nouvelle enquête. Ils vont partir à la recherche, sans avertir leur hiérarchie, de la reine qui a disparu du château. Quelques temps plus tôt, au château, une violente dispute s’était déroulée entre la reine et sa fille, Chlorenthe d’Oxfols, une petite impertinente, à un double sujet. D’abord, la jeune fille ne souhaitait pas se rendre au gala de magie organisé par sa mère afin de récolter de l’argent pour rénover le palais. En outre, la jeune fille s’entêtait à vouloir épouser Arthur, le bouffon du roi Clément son père. Mais cela, alors qu’ils se lancent sur une mystérieuse piste, Bonvoisin et Baltimore ne le savent pas…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

La reine a disparu. Elle a disparu devant des dizaines, des centaines d’invités, au château, alors qu’elle avait organisé un gala de magie de charité afin de récolter des fonds pour réparer le château. Vous vous souvenez de la faille… Cela crée des courants d’air. Il avait fallu 17 ans à Turf pour mettre un point final à une série en 7 volumes bourrés d’un humour burlesque, imaginatif et coloré. Il est ensuite passé, avec succès, à d’autres histoires (Le Voyage Improbable, Magasin sexuel). Mais probablement que ses personnages, hauts en couleurs, devaient lui manquer. Alors les voilà de retour, Bonvoisin, Baltimore, le Roy Clément et cet incroyable méchant qu’est Marcellus, pitoyable et mégalomane à la fois… Et la magie opère toujours, grâce à un univers complètement loufoque, à des dialogues décalés et hilarants, et un trait toujours aussi fin, élégant et racé. Les planches sont très rythmées et les cadrages de Turf sont originaux et efficaces. Les couleurs vives donnent de l’énergie et de la poésie à l’ensemble. Les cases fourmillent de détails, notamment les muettes. Le scénario est haletant, bien ficelé, en dépit d’une légère longueur initiale. On entre (on revient) très vite dans cet univers qui ressemble à du Terry Gilliam heureux. Le ton et les couleurs, au même titre que le nom de la série, sont des références à deux œuvres éponymes de la toute fin du XVème siècle, parues presque au même moment, un tableau du peintre néerlandais Jérôme Bosch et un livre du Strasbourgeois Sébastien Brant, qui a inspiré le peintre. Les deux artistes brossent le portrait d’une âme humaine en déliquescence et en perte de repères. L’humour mordant et burlesque est leur arme, dont s’est servi Turf pour rendre hommage à ces chefs-d’œuvre immortels. Le lecteur, lui, entre dans l’histoire, s’y fond, y rit, et attend la suite avec une impatience non dissimulée.

voir la fiche officielle ISBN 9782756081861