parution 29 août 2012  éditeur Delcourt  collection Shampooing
 Public ado / adulte  Thème Humour, Espionnage

Le Bureau des complots

Les attentats du 11 septembre 2001 résultent d’une commande américaine, dont la mise en œuvre minutieuse a pris 2 années aux membres d’un bureau secret. Rions un peu avec la théorie du complot…


Le Bureau des complots, bd chez Delcourt de Mahot
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2012

L'histoire :

Ce matin-là du 11 septembre 2001, c’est en buvant une coupe de champagne que Henry regarde la télé avec ses collègues du bureau des complots. Les tours jumelles du World Trade Center y sont en feu, sur le point de s’écrouler. Henry et ses collègues fêtent la réussite de leur mission, qui leur a été commandée 2 ans auparavant. Elle consistait à favoriser l’opération terroriste d’un groupe islamique sur le territoire américain. Les enjeux géostratégiques et industriels en étaient arrivés à cette issu là et c’est à son groupe de travail qu’en revenait la préparation minutieuse. Il ne fallait en effet pas compter sur les compétences seules des islamistes : non seulement ils ne savaient pas piloter, mais ils se seraient fait toper par l’anti-espionnage à la première recherche Internet. Sans compter que le projet de faire s’écraser 4 avions en même temps relevait d’une synchronisation complexe, stricte et infaillible, sans être interceptés par la NORAD (défense civile anti-aérienne). Dès lors, le bureau des complots s’était employé à penser à tout, y compris effacer ses propres traces dans ce qui allait être le plus gros attentat civil de l’histoire…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Dans ce petit bouquin souple en noir et blanc de la collection Shampooing, Jérémy Mahot propose une fiction d’humour noir mettant en cohérence les différentes théories du complot qui ont émané des attentats du 11 septembre 2001. Il accrochera assurément son lecteur avec une sentence introductive du type : « La première fois que j’ai entendu parler du 11 septembre 2001 ; c’était durant l’été 1999 ». Le pitch piquant est posé et on accepte tant bien que mal qu’il s’appuie sur une infographie séquentielle minimaliste et vectorielle. Les personnages se résument à des cylindres décorés évoluant dans des décors de carton-pâte angulaires, le tout en niveaux de gris. Ces protagonistes appartiennent tous à un Bureau des complots répondant à une « commande » industrialo-militaire américaine : il s’agit de favoriser à leur insu des terroristes islamiques dans leur préparation d’un gros attentat sur le sol américain, parce qu’ils ne sont pas bien futés et tout porte à croire qu’ils vont louper leur coup. Attention, il ne s’agit pas ici d’un ouvrage « politique » visant à défendre ou revendiquer la théorie du complot, mais juste de l’évoquer en s’en amusant. La bonne idée vient de la dichotomie entre l’importance solennelle des enjeux géopolitiques et l’ambiance bon enfant qui s’impose en contrepied au sein de cette agence. Mahot nous immerge dans une petite vie de bureau ponctuée de pauses-cafés et de blagounettes entre collègues. Vu qu’on ne s’attarde guère sur le dessin, les 122 pages en gaufrier régulier de 6 cases/planche s’avalent ainsi très vite, sans grande passion mais sans ennui non plus. Il n’y a pas de fulgurance scénaristique ou narrative majeure, mais on garde un petit sourire en coin tout de même…

voir la fiche officielle ISBN 9782756028859