parution 22 avril 2009  éditeur Delcourt  collection Mirages
 Public ado / adulte  Thème Chronique sociale, Roman graphique

Le chant du pluvier

A l'invitation de son fils, jusqu'alors incompris, un vieux béarnais s'expatrie quelques semaines au Groenland. Un one-shot d'une immense sensibilité humaine et artistique, par le trio d'Erminio le milanais...


Le chant du pluvier, bd chez Delcourt de Laprun, Béhé, Surcouf
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2009

L'histoire :

Fin octobre, au moment où une tempête de neige balaie l’ouest de l’Europe, Guilhèm atterrit à Orly. Ce jeune chercheur, actuellement basé au Groenland, revient en France pour enterrer sa mère. Dans leur chalet béarnais, Bernat son père et Marilis sa sœur l’attendent impatiemment. Or, vue l’alerte météo, il y a toutes les chances qu’il ne soit pas à l’heure. Comme à son habitude, Marilis n’y va pas par quatre chemins pour lui signifier par téléphone qu’il y a toujours « des problèmes » avec lui. D’ordinaire tout aussi bourru que sa fille, son père est cette fois plus tempéré. Evidemment, avec les autoroutes bloquées, Guilhem n’arrive que tard après la cérémonie et la mise en terre. Avec son père et sa sœur, il remonte ensuite au chalet. Il y retrouve sa chambre d’enfant, encombrée par tout un tas de bazar… quelques souvenirs, des cassettes audio avec des cris d’oiseau… L’ornithologie était une passion qu’il partageait avec sa mère. Il n’espère guère de chaleur humaine de son père et de sa sœur. Le lendemain, à l’aube, il est déjà reparti, sans un au-revoir. Dans les semaines qui suivent, bizarrement, Bernat appelle très régulièrement son fils. Il lui dit qu’il s’engueule de plus en plus souvent avec Marilis. Il y a quelque chose qui cloche. Guilhèm lui propose alors un truc un peu fou : venir passer quelques temps avec lui, au Groenland. Malgré les protestations véhémentes de Marilis, Bernat accepte de s’expatrier de son sacro-saint Béarn. Veut-il redécouvrir son fils ? Quelle mystérieuse quête intime a-t-il en tête ?

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Contrairement à ce que présuppose sa définition primale, la collection Mirage s’enrichit pour la troisième fois d’un récit one-shot se déroulant dans les glaces du pôle. Faut-il y voir un rapport avec l’année polaire internationale ? Toujours est-il que cette troisième aventure glaciaire et humaine est un troisième coup de cœur ! Entre le carnet de voyage et les retrouvailles familiales, Le chant du pluvier est un récit touchant, juste, qui fait la part belle à la nature, qu’elle soit subpolaire ou béarnaise. Le trio à l’origine de ce récit est celui qui avait déjà excellé dans Erminio le milanais. Visuellement, la patte graphique évolue légèrement par rapport à cette dernière œuvre, plus accessible, mais tout aussi subtile. Le dessin est sans fioriture, simple, fluide, suffisant, juste et s’appuie en permanence sur une bichromie idoine. Jusqu’au-boutistes dans leur démarche narrative, Joseph Béhé, Amandine Laprun et Erwann Surcouf sont allé jusqu’à partir une dizaine de jours en repérage au Groenland. Et cela se sent à travers la juste restitution du cadre, du contexte très particulier (la nuit permanente, les mœurs et coutumes…). Nonobstant, en amont de la découverte d’une culture étrangère, le récit témoigne avant tout de la relation entre un père et son fils, jusqu’alors étrangers l’un à l’autre. Interro surprise : qu’est-ce qu’un pluvier ? Antisèche : un oiseau migrateur qui remonte à l’automne du sud-ouest de l’Europe vers le Groenland, parfois déporté sur le Béarn en cas de tempête. Métaphore du volatile, Guilhem se déracine de son Groenland pour venir veiller sa mère… et son père se déracine de son Béarn pour aller, contre toute attente, apprécier la vie au pôle. La psychologie des personnages est très aboutie et donne toute sa force à ce récit, dans lequel chacun cherche quelque chose, sans forcément le savoir.

voir la fiche officielle ISBN 9782756010830