parution 01 février 2009  éditeur Delcourt  collection Ex-libris
 Public ado / adulte  Thème Sentimental, Historique

Le jeu de l'amour et du hasard

Afin de mieux connaitre l'homme que son père lui promet, une jeune femme échange sa place avec sa femme de chambre... sans savoir que le futur époux emploie la même stratégie. Une adaptation tonique de la célèbre pièce de Marivaux.


Le jeu de l'amour et du hasard, bd chez Delcourt de Humbert
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2009

L'histoire :

La maison d’Orgon est dans tous ses états : on y parle mariage… Le chef de famille est en effet bien décidé à voir sa fille, Silvia, convoler en justes noces. Il lui propose d’ailleurs, pour prétendant, Doriante, le fils d’un vieil ami. Néanmoins, la jeune fille a fort caractère. Peu lui importe que celui qu’on lui destine soit bel homme, aimable ou riche, car tant d’hommes ayant belle allure sont farouches et brutaux… Elle propose alors à son père un petit marché : elle veut bien rencontrer ce potentiel époux, mais souhaite échanger son rôle avec Lisette, sa suivante, afin d’examiner le bonhomme à raisonnable distance. Orgon, qui ne veut rien d’autre que le bonheur de cette belle enfant, accepte la proposition. L’affaire est entendue : il ne reste plus au jeune homme qu’à pointer le bout de son museau. En attendant, Orgon rit sous cape, car la situation est des plus burlesques, puisque le matin même, un courrier du père de Doriante l’informait de l’idée saugrenue de son rejeton : visiter sa promise sous les traits de son valet (ce dernier le remplaçant en lieu et place du prétendant)… Voici donc l’habitation emplie des conversations de 4 usurpateurs qui ne savent point qu’ils sont pris à leur propre jeu. Un jeu dans lequel les sentiments ne tardent pas à franchir les barrières de la timidité tiraillant la pauvre Silvia conquise par le charme d’un valet et fuyant la bêtise de celui qu’on lui destine. Un jeu dans lequel l’amour bouscule l’ordre établi…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Décidément, le carquois de la collection Ex Libris est rempli de flèches qui font mouche à tous les coups… Cette fois, le trait sort de l’arbalète du jeune et prometteur Florent Humbert, avec une pointe aiguisée par Cupidon et Marivaux, et remplit fort bien sa mission de vulgarisation. C’est en effet bien là le dénominateur commun aux albums de cette collection : parvenir à nous faire (re)découvrir des œuvres via notre médium préféré. Car oui, avouons le : certaines d’entre elles avaient eu le don de pourrir nos dimanches lorsque le nez sur un Lagarde et Michard, on tentait d’y déchiffrer désespérément quelque chose… Mais ici grâce à une mise en scène particulièrement bondissante, on comprend tout (faut dire aussi qu’on a un peu vieilli…) : le conflit entre cœur et ordre social établi ; la noblesse des sentiments ; les relations maîtres-valets et surtout la volonté de Marivaux via le théâtre de faire bouger tout ça. Ayant fort bien compris l’agencement de l’œuvre originale, Florent Humbert s’emploie à traduire au mieux les velléités « Commedia dell’artesque » du propos. Pour ce faire il excelle dans l’art du rythme et du cadrage servi par un dessin qui se moque bien d’avoir à fournir des plans larges ou rapprochés et qui donne une forte théâtralité à l’ensemble de l’album. Certes, parfois, on a l’impression que tous en font un peu trop, mais c’est bien là le propre de la farce théâtrale et il faut donc s’en contenter. La colorisation douce finira de vous convaincre de la nécessité de se plonger dans ce tout premier album d’un auteur qu’on espère vite retrouver…

voir la fiche officielle ISBN 9782756116600