parution 08 avril 2009  éditeur Delcourt  collection Ex-libris
 Public ado / adulte  Thème Sentimental, Chronique sociale, Historique

Les hauts de Hurlevent, d'Emily Bronte T1

L’adoption d’un gueux dans la famille Earnshaw, exhorte les rancœurs et les vengeances pour des décennies. Adaptation du célèbre roman d’Emily Brontë, par le duo d’auteurs de la situation : Yann et Edith (Basil et Victoria)


Les hauts de Hurlevent, d'Emily Bronte T1, bd chez Delcourt de Yann, Edith
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2009

L'histoire :

En cette année 1771, Hareton Earnshaw rentre d’un long déplacement, en son manoir situé sur un haut plateau balayé par des vents glacials, au lieu-dit Wuthering Heights (Hauts de Hurlevents). Il est accueilli par son épouse et ses deux enfants. Hindley et Cathy trépignent d’avance de recevoir leurs cadeaux : un violon pour l’un et une cravache pour l’autre. Les enfants déchantent vite : le violon a été cassé durant le transport et la cravache perdue sur la lande. A la place, leur père a adopté un petit orphelin de leur âge, un véritable vas-nu-pied crasseux et sans manière. Il leur annonce qu’il a décidé que « Heathcliff » (du nom de leur dernier bébé défunt !) vivrait désormais parmi eux, tel un troisième enfant. Evidemment, étant donné les conditions de cette arrivée, le reste de la famille n’intègre pas vraiment ce nouveau-venu de gaieté de cœur… Dans les mois qui suivent, Heathcliff demeure un sauvageon, perpétuellement bridé et raillé par sa fratrie et sa mère, protégé par son père. Pourtant, lui et Cathy jouent de plus en plus ensemble, tandis qu’Hindley l’abhorre de manière inversement proportionnelle. A la mort de leur mère, Mr. Earnshaw décide d’envoyer ce dernier en pension car il ne supporte plus son caractère frondeur…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Il n’y avait pas 36 auteurs du 9e art capables d’adapter en bandes dessinées, avec la juste tonalité, un tel classique de la littérature anglaise. Yann et Edith ont déjà livré l’extraordinaire Basil et Victoria dans une ambiance victorienne exquise, et s’imposait donc comme le duo de la situation. Le roman n’est pas réputé pour sa jovialité (les sœurs Brontë ne sont guère connues pour leurs comédies) et encore, le pire est à venir… L’austérité naturelle qui en émane trouve toutefois un traitement lumineux et limpide à travers le dessin sensible d’Edith, qui fait contrepoids avec la sinistrose ambiante des mœurs et du Yorkshire fin XVIIIe. Les expressions des enfants demeurent rieuses et/ou sensibles, quand bien même ils sont en colères ou adultes. Et si la colorisation respecte le lugubre des lieux, par l’emploi récurrent de teintes ocre ou glauque, elle laisse passer beaucoup de lumière (rasante). Le travail d’adaptation de Yann n’est pas reste non plus. Le scénariste, dont on ne présente plus la bibliographie luxuriante, a le mérite d’adapter le roman sans le dénaturer, tout en respectant les contraintes de la « narration graphique moderne ». Les dialogues ne sont jamais pesants, ajustés au langage contemporain (« Touche moi pas ! ») et finalement, cette première moitié de diptyque se lit d’une traite. Super boulot !

voir la fiche officielle ISBN 9782756013800