parution 09 janvier 2019  éditeur Delcourt  collection Histoire & Histoires
 Public ado / adulte  Thème Historique

Les Reines de sang – Constance d'Antioche T1

La princesse rebelle

Princesse héritière du royaume d’Antioche, Constance n’a que 3 ans lorsque son père Bohémond II est tué au combat. Dès lors, sa mère intrigue et l’éloigne du pouvoir à son profit. C’était sans compter sur la persévérance de cette Reine de sang.


Les Reines de sang – Constance d'Antioche T1 : La princesse rebelle (0), bd chez Delcourt de Pécau, Parma, Fogolin
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2019

L'histoire :

Depuis la prise de Jérusalem par les croisés, en 1099, les Etats Latins d’orient ne cessent d’attirer la convoitise des princes Sarazins, contre lesquels la guerre dure depuis déjà 30 années. C’est ainsi qu’en 1130, Bohémond II, prince de Tarente et d’Antioche, trouve la mort au combat, lors d’un affrontement face à l’émir Gazi Gümüchtegin, à la solde du calife de Bagdad. Sa fille unique Constance, âgée de seulement 3 ans, devient dès lors l’héritière de la principauté d’Antioche. Mais c’est sans compter sur les ambitions de sa mère, Alix, fille du roi Baudouin de Jérusalem, qui entend bien avoir d’autres vues pour sa fille en la plaçant dans un couvent afin de conserver le trône vacant, au-delà même de sa période de régence. Et pour asseoir son autorité, la reine douairière multiplie les alliances avec les princes musulmans jusqu’aux limites de l’acceptable, pour le roi Baudouin, son père, qui lui pardonne, après l’avoir mise en demeure d’abdiquer le moment venu, en faveur de Constance. Mais Alix continue pourtant d’intriguer pour sa bonne fortune, cherchant des appuis en faisant alliance avec les Byzantins afin de s’affranchir de la tutelle de Jérusalem. Mais la roue tourne lorsque le patriarche d’Antioche fomente le mariage d’Alix avec le comte Raymond de Poitiers. Sans méfiance, la régente laisse entrer le Poitevin dans la cité, alors qu’il vient en fait épouser sa fille Constance, de 28 ans sa cadette. Frustrée, Alix n’a plus qu’à rejoindre son douaire de Laodicée, alors que Constance s’impose enfin comme la véritable princesse d’Antioche. Et malgré son jeune âge de seulement 11 ans, elle saura s’imposer à son époux, alors que sa mère continue de manigancer contre elle, et que la menace des Sarazins se fait de plus en plus grande. Le royaume d’Antioche doit alors trouver des alliances et combattre, à un contre cent, jusqu’à la funeste prise du comté d’Edesse, facteur déclencheur de la seconde croisade.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Princesse héritière à 3 ans, princesse régnante mariée à 11 ans et mère de 5 enfants à 25 ans, Constance d’Antioche fait partie des grandes femmes de l’histoire des Etats Latins d’Orient, de celles qui ont su diriger leur destin dans un monde en conflit constant, où la femme et l’enfant n’avait que peu de place à occuper face aux hommes. Intelligente et sensible, elle n’aura pourtant de cesse de protéger sa principauté et d’y garantir la sécurité de ses sujets, en prenant une place importante au conseil de son mari, Raymond de Poitiers. Sur un scénario limpide, sans flashback, de Jean-Pierre Pécau, nous suivons chronologiquement les aventures de la jeune princesse, sous les traits agréables du coup de crayon de Gabriele Parma. Après Castillon dans la série Champ d’honneur, c’est avec un très grand plaisir que l’on retrouve son dessin agréable et sobre, parfaitement mis en valeur par les couleurs pastelles de Dimitri Fogolin, ensoleillées comme les paysages du Moyen-Orient. On ressentirait presque la douce quiétude du soleil couchant sur les orangeraies, ainsi que la douceur de certains parfums d’orient. Nous nous plongeons donc avec délectation dans cet univers toujours magique du moyen-âge, avec les excellentes reconstitutions des costumes et autres décors. Les étendards claquent au vent, les chevaliers en troupe lèvent des nuages de poussière et le sang jaillit des corps transpercés quand les combats s’engagent dans l’incendie des villes. Nous retrouvons même, avec un certain plaisir, au gré d’un passage éclair dans une vignette, la belle Aliénor d’Aquitaine (une autre Reine de sang), alors reine des Francs en croisade avec son époux Louis VII, même si les auteurs ne s’attardent pas, sur place, à son éventuelle liaison avec son oncle, le beau Raymond, époux de Constance, dont les plus érudits lecteurs connaissent déjà le destin. Vite la suite !

voir la fiche officielle ISBN 9782756081076