parution 22 janvier 2014  éditeur Delcourt  collection Neopolis
 Public ado / adulte  Thème Science - fiction

Rock & Stone T1

Un adolescent sympathise avec un robot industriel, sur une lointaine colonie humaine en guerre contre une intelligence artificielle. Mise en bouche palpitante et soignée d’un savoureux diptyque de SF !


 Rock & Stone T1, bd chez Delcourt de Jean, Valeani, Georges
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star
  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star
  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star
©Delcourt édition 2014

L'histoire :

Année 2215. Stanley, un adolescent jovial et bricoleur, vit seul depuis plusieurs mois dans une habitation isolée sur l’aride planète Caldoria – deuxième planète du système Sol-4. Chaque matin, il arrose les plantations de la serre avec l’eau pompée la nuit grâce à son éolienne. Le reste du temps, il se nourrit de légumes et se divertit en sculptant des cailloux pour leur donner la forme des super-héros de ses comics. Un matin, il manque de peu de se faire surprendre par un robot industriel qui se dirige droit vers son habitation. Recroquevillé et immobile derrière un rocher, Stan arrête de respirer. Il sait que sa vie ne tient plus à grand-chose. Or, avant que le robot atteigne la maison, il est attaqué par un scolopendre géant mécanique qui surgit de terre. Le combat est rude, qui détruit l’éolienne et la caméra optique du robot. Aveugle, celui-ci est alors guidé in extremis par Stan qui lui crie soudain où se trouve son reptilien ennemi… et d’un coup, le robot détruit le scolopendre. Au grand étonnement de Stan, ce robot se révèle amical. Il n’est visiblement pas sous la coupe de « Iahvé », l’intelligence artificielle qui est en guerre contre les colons humains. Il se dirige « vers le nord » et n’a d’autre choix que d’emmener Stan avec lui. Car sans éolienne, Stan ne peut plus survivre dans sa maison…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

La mise en bouche de cette aventure de science-fiction se révèle tellement au point et prometteuse, qu’on regrette déjà qu’elle ne soit annoncée qu’en un court diptyque. D’entrée de jeu, le scénariste Nicolas Jean nous dissimule pourtant le contexte. On est juste présenté au jeune héros, un ado débrouillard et pêchu, qui survit en solitaire depuis des mois sur une planète aride. Puis à un robot industriel, le même type d’exosquelette géant qu’on trouve dans la plupart des aventures du registre (d’Avatar à Aquablue). Une amitié contre-nature nait immédiatement entre ces deux « êtres », comme pour satisfaire à un schéma traditionnel d’intrigue. Car passée cette mise en bouche sympathique mais classique, le scénariste nous offre de nombreuses clés pour mettre en cohérence le contexte – avec force flashbacks – sans oublier de donner dans l’action, le suspens, les enjeux, et de nous présenter d’autres personnages à la psychologie attachante. Comme dans Terminator, l’humanité est donc ici en guerre contre les robots. Et comme dans Terminator, elle semble bien mal barrée. Notre duo d’amis va se retrouver séparé et nous suivrons l’ado dans ses rencontres, ses exploits, ses frayeurs, ses révélations… avant que les dernières pages de ce premier opus relancent l’intérêt du lecteur sur une finalité qui sonne comme une évidence. Progressif, habile, profond et palpitant : on pouvait difficilement mieux faire en matière d’épisode pilote. Or au dessin, Yann Valéani livre lui aussi une partition exemplaire, réaliste et chiadée, au sein d’un travail séquentiel découpé avec un rythme idoine. Le dessinateur de Derm est précis pour les éléments technologiques, grandiose pour les paysages, expressif pour les personnages, sans oublier d’être astucieux (la manière de montrer la cape d’invisibilité). A une époque où la science-fiction n’est plus trop à la mode, ce nouveau diptyque fait un bien fou !

voir la fiche officielle ISBN 9782756027142