parution 31 janvier 2018  éditeur Delcourt  collection Neopolis
 Public ado / adulte  Thème Western

Sonora T2

Lola Montez

La Californie devient un état américain. De quoi limiter les ambitions mafio-politiques du « général »... Avec son homme de main Max, il s'expatrie au Mexique, à Sonora, pour profiter de la soif de l'or. Suite d'un western aux mœurs féroces...


 Sonora T2 : Lola Montez (0), bd chez Delcourt de Pécau, Dellac, Smulkowski, Siner
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2018

L'histoire :

Au moment de la ruée vers l’or californienne, en 1851, le français Maximilien Bonnot est officiellement devenu homme de main au service d’un compatriote surnommé « le général », qui fait office de gouverneur local. A la base, Max avait effectué le périple jusqu’à la côte Ouest des USA afin d’y retrouver les trois meurtriers de son frère et de le venger… Mais après en avoir tué deux, il est désormais impliqué pour faire régner l’ordre au sein des « placers ». Ces droits d’exploitation aurifère ont poussé tout du long du filon, comme des champignons. La fièvre de l’or se répercute facilement sur les gâchettes chatouilleuses… Heureusement, Max dispose d’un colt de dernière génération, qui permet de tirer 6 coups très rapidement, sans avoir à relever le chien. Avec ses hommes, Max parvient à un coup de force sanglant : il éradique tous les « hounds », une sorte de mafia-syndicat qui faisait régner sa loi sur les placers. Cela fait, le général hisse le pavillon français sur le balcon de son hôtel et, en un discours enflammé, il propose de construire une nouvelle république, plus juste et plus égalitaire. Malheureusement, c’est le moment que choisit le congrès américain pour voter l’arrivée de la Californie en tant que 31ème état de l’Union. Les ambitions du général se retrouvent tuées dans l’œuf. Il va alors tenter de jouer double jeu, afin de se rendre indispensable aux yeux des autorités militaires et civiles…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Sous la férule narrative de l’érudit Jean-Pierre Pécau, le western Sonora se poursuit, toujours selon un axe mafieux-politique quelque peu crasseux. Dans ce tome 2, notre héros français Max et sa soif de vengeance n’auront pourtant pas l’occasion de retrouver le 3ème assassin de son frère. Il évolue ici en marge du « général » et de ses ambitions politiques, certes dans l’ombre, mais paré à sortir en pleine lumière. Pécau décrit des mœurs particulièrement abjectes : les problèmes se règlent ici dans le sang, sans procès ni scrupule. Sous prétexte de révolution et d’aspiration à la république, les méthodes de ce général sont infâmes. On se doute que cette mentalité est identifiée par le héros, mais pour le moment, Max est docile. On ne sait pas encore si c’est par intérêt, pas ruse ou par désillusion. Max en profite pour se tailler une réputation et profiter – en douce – des douceurs d’une danseuse de cabaret. Vers la fin de cet opus, cap est enfin mis sur la région mexicaine de Sonora, qui donne son titre à la série et dont les sous-sols seraient également riches en or. Au passage, Pécau évoque les vagues idées socialistes et/ou indépendantistes de la période… mais le ton du western reprend vite le dessus sur le politique. L’ensemble est une nouvelle fois mis en scène sous la jolie griffe encrée de Benoît Dellac, bien plus à l’aise pour planter une tension ou un décor, que pour différencier les cow-boys. Les ambiances ressortent aussi magnifiées grâce à la colorisation toujours très efficiente de Scarlett Smulkowski.

voir la fiche officielle ISBN 9782756096193