parution 01 mars 2008  éditeur Delcourt  collection Neopolis
 Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Anticipation, Aventure - Action, Humour

TDB trop de bonheur T4

| ||| || |||| ||||||

Les émissions gazeuses émises par la peau d’un extraterrestre rendent les humains ivres de bonheur… au point de provoquer un gigantesque bordel. Conclusion de la BD la plus allumée de la galaxie !


TDB trop de bonheur T4 : | ||| || |||| |||||| (0), bd chez Delcourt de Morvan, Lejeune, Brachypelman
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2008

L'histoire :

Il y a quelques années, un vaisseau spatial venu d’une lointaine galaxie s’est écrasé dans la jungle amazonienne. A bord, un extraterrestre tout vert et tout bedonnant, à l’allure démembrée et super cool, avec des dreadlocks à grelots et une gueule pas croyable, a pris ses quartiers dans un temple aztèque. Baptisé Huizilo-Pochtli par les autochtones, il est devenu le dieu d’une tribu indigène. C’est alors qu’une troupe de mercenaires au service de narcotrafiquants et d’industriels véreux, a débarqué, pour nettoyer la jungle de ses habitants avant déforestation. A leur tête, Gregorz Wiszlicka a approché Huizilo-Pochtli et… il a humé involontairement la substance vaporeuse qui s’échappe par moment de la peau de l’extraterrestre. Ce fut le point de départ d’un sacré bordel. Car ce fluide a la particularité de désinhiber totalement celui qui la renifle, de le baigner dans le bonheur le plus pur. C'est-à-dire que l’individu drogué trouve le courage de son accomplissement personnel, enfoui au plus profond de son inconscient. Mais les frustrations et les rêves des « intoxiqués » ne sont pas tous vertueux…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Difficile de synthétiser de manière cohérente, et sans en dire de trop, l’intrigue hallucinée de cette histoire. En fait, le résumé ci-dessus est beaucoup trop structuré pour refléter l’ambiance exacte de cette série totalement déjantée. Ce qui n’était encore qu’un sentiment de bordel monstrueux, quasi orgiaque, au cours des trois premiers tomes, est devenu cette fois réalité. Les séquences s’amoncèlent, se télescopent, souvent en parallèle, et il est conseillé d’avoir une parfaite connaissance de la série pour en saisir les contextes. Ajoutez à cela une recherche assumée des cadrages tarabiscotés, des perspectives outrancières et des mouvements total-flippés… Vite, un Tranxene™ ! Cela dit, c’est assez fendard de constater par moment, jusqu’à quels paroxysmes Jean-David Morvan – qui a assurément abusé du Guronsan – a osé emmener leur aventure. Ou encore de chercher les détails burlesques disséminés par Steven Lejeune dans les coins ! A ce sujet, les lasers balancés de manière anarchiques par les ET, qui permettent de supprimer, l’espace d’une seconde, toute structure matérielle (mais pas organique) sont jubilatoires de conséquences miniatures. Côté scénar, ça n’évolue guère : en gros, tout le monde court après l’extraterrestre Huizilo-Pochtli alias Bilou, alias Space Bob, en raison des spores euphorisantes émises par son organisme. « Tout le monde », se résume tout de même à : des mafieux armés jusqu’aux dents, un jeune couple de junkies désœuvrés, deux flics un peu coincés, des indiens d’Amazonie, des mercenaires tête brûlés, une camée qui s’est fait greffer deux bras supplémentaires, le chef suprême d’une secte apocalyptique, et même de nouveaux extraterrestres en forme de phallus, dotés d’une technologie supérieure et pacifique, qui s’expriment en langage codé, d’où le titre. Vous avez suivi ? Non ? Ça n’est pas grave, les auteurs font le point de la situation à mi-parcours de ce dernier tome… dont la conclusion s’avère paradoxalement assez terne. TDB = trop de bordel ?

voir la fiche officielle ISBN 9782756000473