parution 31 août 2011  éditeur Delcourt  collection Mirages
 Public ado / adulte  Thème Sentimental

Ursula, vers l'amour et au-delà

Strip-tease, alcool et coke, plutôt que les vignobles de papa et maman : Ursula veut briller jusqu’au bout de la nuit, au risque de griller ses jolies ailes. Trajectoire touchante et sensible d’une fille blessée, mise en scène par un maitre de l’émotion.


Ursula, vers l'amour et au-delà, bd chez Delcourt de Bernard
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2011

L'histoire :

Elle aime la nuit, Ursula. La nuit est toujours pleine de surprises et de mystères. La nuit se gorge des mensonges de chacun. La nuit confronte les plus géniaux et les vrais cons éméchés qui font chier. Elle vit la nuit, Ursula. Elle danse comme une furie. Elle montre son cul et ses seins dans les bars, dans les boîtes depuis qu’elle à 19 ans. Ça la détend... Avant, 12 ans avant, il y avait la Pologne, puis les bonnes sœurs et leur orphelinat. Des nouveaux parents, aussi. Des parents viticulteurs, contents des bonnes notes, du bac et du BTS. Des parents certains de lui avoir tracé la bonne voie. Elle voulait bien leur faire plaisir. Mais ça l’emmerdait un peu, tout ça… C’est qu’elle veut s’éclater et faire sa fofolle, Ursula. Un mec avec le double de son âge qui l’emmène dans des soirées incroyables aves des gros délires à la clef. Puis, un tatoueur qui lui dessine une chaine avec une croix sur la cheville et une fleur sauvage sur son pubis rasé. Elle danse devant des mecs qui la regardent pas, mais jettent plutôt leurs yeux sur elle pour la fouiller. Elle aime ça. Elle aime la nuit, Ursula. Ça lui donne l’impression de vivre une seconde vie. Plus palpitante. Plus magique. Peut-être plus dangereuse aussi. Mais tant pis !

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Les Jeanne, les Lily, les Rubis. Les Pénélope, les Cléo… « Les filles » de Fred Bernard (rencontrées au hasard de ses précédentes productions), nous font toujours le même effet : on voudrait plonger dans leurs grands yeux ; se caresser le bout du nez de leurs longs cils et poser tendrement la joue sur un bout de sein laiteux pour s’endormir paisiblement… Ursula est de celles là, qui rapidement nous prennent dans le filet d’un regard, avant même qu’on s’intéresse au bout de vie chaotique qu’elle nous abandonne sans pudeur et sans jamais chercher à s’attirer notre compassion. Ursula existe. Elle a happé notre auteur il y a 4 ans dans un bar de nuit bourguignon, pour une histoire d’amitié peu ordinaire. Ensuite vint rapidement l’envie qu’il couche... en lettres et dessins son exubérance, son papillonnage, ses mises en danger volontaires et le vide abyssale qui l’emplit trop souvent. Danse, alcool, strip-teases, plans-cul glauquissime, coke et deal, petits voyous… jalonnent alors le parcours de cette jolie polonaise adoptée à 8 ans et préférant, à l’avenir doré du vignoble de ses parents, se bruler les ailes copieusement. Amour et plus simplement tendresse ou affection sont les pansements qu’elle recherche désespérément pour éviter de plonger. Pourtant elle plongera… Dans cette quête, elle retrouve l’auteur, qui ne craint pas de se mettre en scène (sous les traits d’un bouffon-troubadour) pour se livrer lui aussi, en partageant à son tour quelques vieilles blessures l’empêchant d’avancer comme il le voudrait. Souvent poétique, parfois philosophique, pourquoi pas politique, l’ensemble est avant tout hypersensible. D’une humanité débordante, au point de donner envie de serrer tout ce petit monde dans ses bras. Le rythme narratif choisi est celui du dialogue. De prime déroutante, voire décousue, la multiplication des interlocuteurs (psy, chevaliers imaginaires, animaux, bouffon-troubadour…) se révèle judicieuse. Elle donne du rythme et comble le manque d’action tout en laissant astucieusement s’imprégner de l’histoire. Le trait furieusement sensible et vivant, lissé par des couleurs à l’aquarelle ou aux crayons de couleurs enfantins, complète la gamme émotionnelle offerte par un auteur définitivement attachant.

voir la fiche officielle ISBN 9782756024257