parution 19 août 2015  éditeur Delcourt  collection Neopolis
 Public ado / adulte  Thème Anticipation, Aventure - Action, Fantastique - Etrange, Heroic-fantasy, Mondes décalés

Yiya T2

L'alchimiste

A la recherche de Rogo et d’un trésor, Yiya se retrouve en l’an 2100, traquée par des humanoïdes. Suite (et fin !) d’une série ultra-rythmée, enchanteresse graphiquement, mais trop courte pour délivrer toutes ses clés.


 Yiya T2 : L'alchimiste (0), bd chez Delcourt de Pecqueur, Gajic
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2015

L'histoire :

L’an 2020, dans une région nordique et hivernale. A la recherche d’un trésor pour le compte de Shun, un vieil illuminé, le pécheur Rogo a disparu dans les entrailles d’une sorte de sanctuaire sous-marin. Amoureuse de lui, la jeune Yiya s’est alors démenée pour le retrouver. Elle aussi a plongé et elle a alors découvert un royaume secret, en marge de notre civilisation, où un conseil de sages masqués lui a intimé l’ordre de lui ramener le vieux Shun. De retour à la surface, Yiya se demande comment réaliser cette prouesse car Shun est mort. Elle est alors alpaguée par un jeune homme, lui aussi à la recherche de Shun. Etonnamment, ce dernier possède un journal daté de l’an 2050… mais il n’explique pas grand-chose sur ce phénomène à Yiya. Ensemble, ils fouillent les affaires de Shun et trouvent une carte avec une croix indiquant précisément un lieu. Ils s’y rendent et pénètrent dans une grotte à flanc de falaise. De souterrains en portes secrètes, ils atterrissent dans une salle ronde destinée à l’usage d’une centrifugeuse. Attaqués par des chauves-souris, ils y grimpent avant que la machine ne se mette en route, leur faisant perdre connaissance en raison de l’accélération centrifuge. Quand ils se réveillent, ils découvrent un environnement ultra-moderne et sont aussitôt arrêtés par des flics humanoïdes : ils sont en l’an 2100. Or être simplement humain à cette époque est un crime grave…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Il s’en passe de ces trucs dingues dans Yiya ! Cette ado orpheline vivant dans un pays nordique cherche à retrouver l’homme balafré qui l’a éduquée et dont elle est amoureuse… et elle plonge dans une aventure complètement dingue qui la fait voyager dans le temps jusqu’à l’an 2100, une époque où les humanoïdes ont pris possession de la Terre et où on éradique purement et simplement les humains. Dans le tome 1, le scénario de Daniel Pecqueur se tournait vers la fantasy, avec un royaume troglodyte et des créatures étranges… Ce tome 2 verse donc plutôt dans l’anticipation, option allégorie écolo. Au passage, on passe par la Venise du XVIII, par l’alchimie et on en oublie le sens des évènements, étourdi par le flot ininterrompu des rebondissements spectaculaires. Quid de cette histoire de trésor ? Quid de Rogo ? A quel mécanisme spatio-temporel précis obéit-on ? Pecqueur a clairement privilégié le rythme soutenu, au détriment du fond de son histoire, qui manque incroyablement de constance et de repères. Peut-être le marché BD compliqué a t-il imposé à la série de trouver une conclusion plus rapide que prévue, ce qui a tué dans l’œuf bien des explications à ne pas venir dans les volumes perdus à jamais dans les limbes du 9ème art potentiel ? Car oui, Yiya se termine avec ce tome 2, par un cheveu dans la soupe. Le diptyque aura tout de même permis de mettre en exergue les talents de Vukasin Gajic, à la partition graphique soignée et ciselée. Le serbe semble à l’aise dans tous les registres : décors SF sympatoches, ambiances lugubres, personnages expressifs, cadrages aux petits oignons, colorisation veloutée… Ne lui manque qu’une saga solide pour être légitimement honoré.

voir la fiche officielle ISBN 9782756018249