parution 01 septembre 2008  éditeur Drugstore  Public adulte  Thème Chronique sociale

Le roi des mouches T2

L'origine du monde

La vie décadente, désœuvrée et sexuelle d’une petite communauté de banlieusards entretenant des rapports humains malsains. Un récit choral (pour adultes !) percutant, original et stylé. Brillant !


Le roi des mouches T2 : L'origine du monde (0), bd chez Drugstore de Pirus, Mezzo, Ruby
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Drugstore édition 2008

L'histoire :

Son masque géant de tête de mouche sur la tête, assis confortablement dans son fauteuil kitsch à fleur, Eric observe sa mère et son nouveau beau-père, Francis. Leurs roucoulades sont artificielles et surtout insupportables à ses yeux. Il sait que Francis a une liaison secrète avec une autre et il sait que ce connard agit ainsi essentiellement pour piller son patrimoine matériel et affectif. Il s’imagine 10 fois par jour lui collant une balle entre les deux yeux. Un jour, excédé par son attitude lors de son emménagement définitif, Eric plante son pied de biche dans l’œil de Francis. Celui-ci restera borgne. Entre deux, Eric baise toujours officiellement avec Marie, mais baise aussi sa vieille copine Sal, et il aimerait beaucoup baiser Karine. Il a l’occasion de frimer devant elle le jour où le vieux mec de celle-ci, Becker, fait un malaise à la piscine municipale. C’est en effet Eric qui plonge et le ramène au bord, devant une foule extasiée de nageurs en maillots de bains. Ce fait héroïque contribuera pourtant étrangement à conserver Karine à distance, visiblement mal à l’aise en présence d’Eric. Le lendemain, Becker fera son ultime attaque cardiaque dans un aéroport. Et puis un jour, Ringo le macho facho sonne à sa porte, les vêtements déchiquetés et lui demande de lui conserver précieusement un sac ridicule en sky, sans poser de questions. Marie regarde dedans et découvre des liasses de billet et une quille de bowling. Ça peut avoir une certaine utilité, une quille, pour baiser…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Accrochez vos ceintures, vous êtes sur le point d’effectuer un voyage ultime et freudien dans les méandres de vos propres pulsions refoulées. Le modèle narratif est strictement le même que pour le premier tome : comme un récit chorale, l’album se découpe en plusieurs chapitres, qui respectent une progression chronologique. Guidés par un humour décalé et cynique, on explore tour à tour les actes et les états d’âmes de chacun des protagonistes. En tête, il y a bien sûr le héros Eric, le roi des mouches, glandeur magnifique, junky rock désœuvré à la recherche d’évasion et de baise en alternance, répondant toujours favorablement à sa libido. Mais on traverse également ce tome 2 à travers le regard de Karine (une fille pleine… de dichotomies), de Damien (mort renversé par une voiture au début du tome 1, qui revient sous forme de fantôme désabusé), de la mère de Marie (dépressive et ménopausée), de Paul Minetti (un nouveau, un noir poète et activiste) et de Ringo (brute mâle pathétique : il est avant tout champion de bowling). En se faisant le spectateur frontal des actes souvent surprenants de ces personnages, le lecteur se retrouve souvent mal à l’aise, se fait en quelque sorte complice de la décadence. Le nihilisme comme fatalité, David Lynch comme référence sous-jacente, la narration de Michel Pirus vous scotche véritablement, une nouvelle fois quasiment intégralement en voix off. Pour trouver le juste angle de retranscription des émotions des protagonistes, le scénariste passe par moult circonvolutions, dont aucune n’est superflue. Amenés avec style et un sens jouissif du suspens, les actes recèlent des bijoux de motivations, avec moult surprises et percussion. Atout majeur de la série, l’authenticité est remarquablement mise en relief par les encrages élégants de Mezzo, ambiance comics underground américain, toujours aussi appuyés et raffinés, rehaussés d’une colorisation adaptée et très sobre (by Ruby). Assurément, après avoir lu Le roi des mouches, vous ne lirez plus de BD de la même manière…

voir la fiche officielle ISBN 9782356260468