parution 03 novembre 2017  éditeur Dupuis  Public enfant / ado / adulte  Thème Chronique sociale

Crapule

Une jeune femme hérite par méprise d’un chaton dans son appartement. Elle s’y attache, malgré les comportements souvent déviants de la bestiole. Des gags félins : un sujet hyper classique, ici très finement traité.


Crapule, bd chez Dupuis de Deglin
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dupuis édition 2017

L'histoire :

Lorsqu’elle rentre chez elle après une semaine de congés impromptus, une jeune femme écoute les messages laissés sur son répondeur téléphonique. C’est sa mère : elle lui demande de passer chez elle arroser les plantes, et lui dit qu’elle lui a laissé de la nourriture au frigo, ainsi qu’un carton dans sa boîte aux lettres contenant… le chaton de sa voisine. Depuis une semaine !?? La jeune femme s’attend à trouver une charogne de chat en décomposition dans le carton. Mais un petit miaulement venu de l’intérieur lui donne une preuve de vie. Malgré sa détestation des chats, elle ouvre la boîte, s’imaginant libératrice d’un animal reconnaissant. La bestiole noire et hirsute qui s’en extrait furieusement est un cyclone surexcité. Elle libère logiquement en même temps une certaine quantité de crottes séchées… l’unique nourriture du félin durant sa captivité. Le chat reste cependant dubitatif devant le bol de lait et le plat de cassoulet que lui propose sa nouvelle maîtresse. Il préfère largement lui mordre le doigt. Puis, pour la nuit, elle lui installe un lit douillet fait de coussins dans un bac… mais le chat préfère largement dormir sur la tête de sa maîtresse…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Avec les zombies et les nazis, les chats sont un des sujets préférés des auteurs de BD. Faut-il voir en cela une attirance pour les choses démoniaques ? Trêve de plaisanterie, ce petit opus presque carré réalisé par Jean-Luc Deglin fait assurément partie des meilleures productions sur le sujet. C’est pourtant un classique : une séquence d’exposition préliminaire sert de prétexte à enchainer des strips domestiques en gaufrier régulier de quatre cases, dans lesquels tous les défauts et activités déviantes typiques du chat sont mis en scène. Car c’est bien connu, le chat est fourbe et attachant, méprisable et reconnaissant, destructeur et délassant, salissant et propre, joueur et fainéant, sauvage et calmant. Bref, il adopte des comportements à la fois paradoxaux, très balisés et pourtant toujours mystérieux. La force de Deglin n’est pas tant de trouver des réactions originales – un tour plutôt exhaustif de la psychologie féline est fait – que de réussir à les mettre en scène avec effet comique dans la dernière case. La rythmique des « gags » est excellente ; les postures du chat, ses œillades, la position de ses oreilles et de sa queue, sont elles aussi d’une grande précision, preuves de séances d’observation attentive. Et pourtant ce « personnage » n’est qu’une masse noire souvent peu détaillée en son dedans, point oculaire convergeant au milieu de pages très claires. L’ambiance graphique, qui utilise un maximum le blanc du papier, juste rehaussé d’un ombrage bleu clair pour les ombres en aplat, ne paye pas de mine… mais elle est particulièrement efficace.

voir la fiche officielle ISBN 9782800174006