parution 02 octobre 2009  éditeur Dupuis  collection Repérages
 Public ado / adulte  Thème Policier, Chronique sociale

Jérôme K. Jérôme Bloche T21

Déni de fuite

Jérôme reconstitue la logique de l'accident qui a conduit un de ses voisins à l'hôpital, tandis que le chauffard prenait la fuite. Une enquête de proximité à taille humaine, une nouvelle bouffée de générosité, toujours palpitante.


 Jérôme K. Jérôme Bloche T21 : Déni de fuite (0), bd chez Dupuis de Dodier, Cerise
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dupuis édition 2009

L'histoire :

Ce matin là, Jérôme arrive tôt à son bureau de détective privé : Babette l’a saqué de bonne heure pour aller à l’aéroport. Or, en arrivant sur un palier, il découvre sa petite voisine de 3 ans en pyjama, qui cherche son papa. Il fait une brève visite de l’appartement et constate l’absence effective du papa. Troublé, Jérôme tente de comprendre, tout en rassurant l’enfant qui se prénomme Caroline. En l’interrogeant, il comprend que le papa est allé chercher du lait, alors que « la lune était dans la fenêtre ». Il confie la gamine à Madame Zelda et active ses neurones. Pour éviter que la police ne prévienne les services sociaux, il trouve un téléphone portable et demande aux grands-parents de venir. Puis il va interroger Burhan, l’épicier du coin : c’est évidemment là qu’on trouve du lait quand la lune est dans la fenêtre. Les choses se remettent alors dans l’ordre : Burhan témoigne que le papa a été hospitalisé grièvement blessé, après avoir été renversé par un chauffard qui a aussitôt pris la fuite. Les grands-parents arrivent et ensembles, ils rendent visite au papa à l’hôpital, toujours plongé dans un coma artificiel. Pendant ce temps, un sculpteur sur métal bourru et moustachu se réveille avec une puissante gueule de bois. Il reçoit un coup de fil anonyme d’un maître-chanteur… qui le conduit à aller voir sa voiture au garage. Il découvre avec stupeur le capot cabossé et ensanglanté, mais ne se souvient pas d’un quelconque accident. Aussitôt, il met en pratique son talent de carrossier et retape le véhicule dans son atelier, comme si de rien n’était…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

A l’instar des aventures bon enfant du Club des 5, le jeune détective Jérôme K Jérôme (qui n’a pas pris une ride en 24 ans) se lance ici dans une nouvelle et réjouissante « enquête de proximité ». Avec une logique d’investigations élémentaire et volontaire, applicable par tout un chacun, il découvre ce qui est arrivé à un de ses voisins, trouve le responsable et reconstitue progressivement le puzzle des évènements. Une fois de plus, ce héros crédible et hyper attachant se montre opiniâtre, intègre, attentionné… on le découvre en outre tendre et joueur avec la petite fille – soit un futur papa qui s’ignore encore ! Bref, comme les fans pouvaient s’y attendre (et pour leur grand plaisir), l’auteur Alain Dodier trouve encore à échafauder une intrigue parfaitement prenante, à l’échelle humaine, dans le terreau d’un quartier, en faisant intervenir le casting complet des personnages récurrents (Babette, Burhan, Zelda et la concierge). Pour parachever l’harmonie, le titre est particulièrement adapté au contexte et le dessin semi-réaliste toujours appliqué, parfaitement séquencé et rythmé… Un nouveau sans-faute pour une série de grande qualité, au ton unique.