parution 17 novembre 2017  éditeur Dupuis  Public ado / adulte  Thème Espionnage, Thriller

Lady S. T13

Crimes de guerre

Ex-cambrioleuse et espionne malgré elle, Lady S-Shania est aux prises avec un criminel de guerre africain. Actions troubles garanties. Un album plaisant, plus sombre que les autres, au scénario bien huilé et au dessin toujours réaliste et lisible.


 Lady S. T13 : Crimes de guerre (0), bd chez Dupuis de Aymond, Gérard
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dupuis édition 2017

L'histoire de la série :

Qui est exactement Suzan Fitzroy ? La jeunesse de cette charmante jeune femme donne des cheveux blancs à plus d’un service de contre-espionnage… En effet, née Shania Rivkas, elle est la fille naturelle d’un biogénéticien estonien qui a raté son passage à l’ouest et l’a payé de sa vie. Après avoir échappé à la mafia russe, après avoir survécu en devenant voleuse de haut vol dans les palaces londoniens, elle a finalement été adoptée par James Fitzroy, un diplomate américain, qui en a fait sa plus proche collaboratrice. Si ce dernier connaît tout du passé tumultueux de la jeune femme, il ignore en revanche qu’elle a été recrutée par « Orion », qui la contraint à travailler pour une mystérieuse organisation anti-terroriste sous le nom de Lady « s »…

L'histoire :

Après avoir œuvré pour l’association humanitaire Action 19 en Amérique centrale, Shania fait un passage à son antenne parisienne. Elle est déterminée à rencontrer l'ambassadeur du Mawali, petit pays africain coupable de graves exactions, y compris homophobes, pour tenter de faire admettre à nouveau Action 19 dans ce pays. L'association se préoccupe justement du Mawali : un mystérieux informateur lui délivre peu à peu des preuves de crimes contre l'humanité commis par un dignitaire, le colonel Lomumbo. Le but est de réussir à l'inculper et à le déférer devant la Cour Pénale Internationale. Après son entretien infructueux avec l'ambassadeur, elle est approchée par Wilkins, un agent de la CIA sachant tout d’elle (ou presque) et des initiatives d'Action 19. Il lui propose une coopération. Shania entre alors en contact sous une fausse identité avec Lomumbo, de passage à Paris, et cherche à l'enlever pour le mener à la justice. Elle monte une opération dans ce sens avec le concours de la police, mais ce ne sera pas aussi simple... Actions secrètes autant que mouvementées attendent Shania…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après 9 tomes avec Jean Van Hamme, Philippe Aymond signe depuis quelques albums seul scénario et dessin de cette solide série d’espionnage, qui en contient tous les ingrédients. Autant la plupart des tomes, y compris par Aymond seul, étaient constitués d’un mélange d’action et de moments plus intimistes – des « respirations » – autant celui-ci se démarque par sa densité et son ton noir. Les proches de Shania sont absents (son père adoptif, son « petit ami »…), ce qui apporte un aspect compact, brut, au déroulé de l’intrigue. Les couleurs de Sébastien Gérard en ressentent l’effet, plus contrastées et abruptes. Très amateur de cinéma, notamment celui des années 60 à 80, et de musiques de films, Aymond y puise des références. Ici, on les trouve dans certaines vues de Paris illustrées dans des films connus, ou des noms comme le Mawali, clin d’œil au Professionnel. A vous de trouver les autres ! L’album est d’ailleurs pour une fois centré uniquement sur Paris, authentiquement rendu. Tout cela rompt avec les précédents opus et Aymond reconnaît qu’il s’agit là d’une transition. L’ensemble se lit très agréablement. Le dessinateur sait rendre les situations crédibles et les personnages très présents, avec chacun une particularité affirmée qui rend compte de leur psychologie. Et les thèmes sont de plus en plus ancrés dans notre environnement mondial actuel : terrorisme religieux, hyper-surveillance tous azimuts, santé, détournement de la science. L’auteur continue à imposer sa série comme l’une des mieux confectionnées dans le registre de l’espionnage.

voir la fiche officielle ISBN 9782800170442