parution 24 avril 2015  éditeur Dupuis  collection Aire libre
 Public ado / adulte  Thème Historique

Les Esclaves oubliés de Tromelin

Après un naufrage, des esclaves sont abandonnés sur un bout de sable. Un triste épisode de l'Histoire, exhumé avec talent par Savoia. Pour ne pas oublier de quoi est capable la nature humaine…


Les Esclaves oubliés de Tromelin, bd chez Dupuis de Savoia
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dupuis édition 2015

L'histoire :

1760. L’Utile, frégate de la Compagnie des Indes Orientales, embarque une cargaison d’esclaves sur les côtes de Madagascar, pour les livrer sur l’île Maurice. Sur le trajet, le bateau fait naufrage suite à une erreur de navigation sur les récifs coralliens de l’île des Sables ou île Tromelin. Une partie de l’équipage et 80 esclaves dont Tsimiavo parviennent à gagner ce lambeau de sable perdu dans l’Océan Pacifique, à 500 km de la terre la plus proche. Sur la terre ferme, la vie s’organise. On creuse pour chercher de l’eau à peine potable, on se nourrit d’oiseaux de mer, de tortues. Deux groupes se forment : les Français d’un côté, les Malgaches de l’autre. Tout ce qui a pu s’échapper du bateau est confisqué par les Français bien décidés à quitter l’île coûte que coûte, sous la houlette du lieutenant Castellan… De nos jours, Sylvain Savoia s’envole pour l’île Tromelin suite à l’invitation de Max Guérout, archéologue et ancien officier de la Marine. Alors qu’avec son équipe, il vient là pour réaliser des fouilles et comprendre ce qu’il s’est passé jadis, Savoia croque leurs recherches et bien plus encore…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

En 2015, c’est le bicentenaire de l’abolition de l’esclavage en France (même s’il faudra attendre le décret Schoelcher du 27 avril 1848 pour que cette pratique soit définitivement enterrée). À ce titre, le Mémorial ACTe a été inauguré à Pointe-à-Pitre le 10 mai 2015. Comme un symbole, Sylvain Savoia publie Les esclaves oubliés de Tromelin dans la collection Aire Libre de Dupuis. Tout commence quelques années plus tôt par la lecture d’un article du Monde sur les fouilles archéologiques menées par Max Guérout sur Tromelin. L’auteur de Marzi rencontre Max, qui lui propose de venir avec eux pour leur prochaine mission scientifique. Dupuis est emballé par la nouvelle et lui donne carte blanche. Sans trop savoir où cela va le mener, Savoia est littéralement aspiré par l’aventure. Plutôt que de raconter son récit de façon linéaire, il choisit une narration parallèle, en alternant l’histoire des esclaves et l’histoire de l’expédition scientifique. Cette double aventure est pleine d’humanité, un lien se crée entre ces esclaves et ceux qui cherchent à en savoir plus pour eux, un Cold case sous la chaleur accablante, en somme. Toute proportion gardée, Savoia mesure jour après jour l’isolement qu’ont pu ressentir les esclaves (15 ans seuls sur une île, Koh Lanta à côté, c’est de la gnognotte !) sur cette îlot apparemment paradisiaque. De nos jours, les liaisons satellite avec l’extérieur ne sont pas toujours évidentes. La narration est placée du côté des esclaves, pour mieux comprendre leur isolement communicatif. Seuls les dialogues des malgaches sont compréhensibles, les paroles des blancs sont du charabia. On reste ébahi par le traitement fait aux esclaves et la façon dont ils sont abandonnés, alors qu’ils ont aidé à construire l’embarcation. La narration de l’expédition ressemble en revanche davantage à celle d’un documentaire commenté avec très peu de dialogues. Le dessin obéit aux mêmes lois, avec une dimension plus illustrative, façon carnet de voyage pour la partie contemporaine. Savoia signe sûrement ici son œuvre la plus aboutie, la plus personnelle et la plus riche émotionnellement. Une chose est sûre, vous ne ressortirez pas indemne d’un tel voyage… A noter qu'une exposition sur le sujet sera présentée à Nantes à partir d'octobre 2015 et se poursuivra à Lorient, Bordeaux, Bayonne et Marseille.

voir la fiche officielle ISBN 9782800150383