parution 03 avril 2009  éditeur Dupuis  collection Punaise
 Public enfant / ado  Thème Humour, Chronique sociale

Ludo T8

Commando Castar

Dans la BD de Ludo, Castar se débarrasse de son hexo-squelette. Or dans la vraie vie, Grüber & Shon annonce la fin de Castar. Ludo s'insurge : on lui tue son héros ! Une mise en abyme astucieuse de la réalité, qui annonce tout de même la fin..


 Ludo T8 : Commando Castar (0), bd chez Dupuis de Lapière, Mathy, Bailly
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dupuis édition 2009

L'histoire :

Les habitants du quartier de Ludo se sont réfugiés à l’intérieur du café Rotule, attendant que les policiers rattrapent les animaux échappés de la ménagerie du cirque. Ludo a ainsi la honte de voir son père chevaucher une autruche ou être chahuté par un orang-outan… Sitôt cette étrange cavalcade terminée, le propriétaire du bar offre une tournée générale ! Ludo et don copain David lorgnent sur les bières… mais ils sont trop jeunes pour y goûter. Qu’à cela ne tiennent : ils se lèvent la nuit, en douce, pour activer la pompe et en ingurgiter quelques unes ! Heureusement, Toto, de retour d’une réunion de motards, les surprend (eux, fin saouls, le prenne pour un ours !) et met fin au début de biture infantile. Le lendemain matin, accompagné d’un gentil mal de crâne, Ludo se rend chez son libraire favori pour acheter le dernier Castar, sa BD favorite. Le libraire le renvoie au festival proche, car lui n’a pas été livré. Ludo doit s’y reprendre à deux fois, car l’entrée est payante et le molosse à l’entrée n’est pas là pour rigoler… A l’intérieur, lui et David font la queue pour avoir une dédicace de Monsieur Vincent… lorsqu’une irrépressible envie de pipi l’assaille. A cause de ça, il perd sa place et doit attendre désormais un mois pour avoir son album. Le pauvre n’est pourtant pas au bout de ses désillusions…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Ce huitième épisode un peu bizarre, un peu décousu, semble bien être le dernier ! En effet, en marge de diverses séquences détachées, qui ne constituent pas à proprement parler une intrigue centrale, Ludo s’insurge cette fois dans le récit contre Grüber & Shon, l’entreprise qui édite sa série favorite Castar. En effet, en raison de « la crise », l’entreprise a décidé d’arrêter de publier Castar : pas assez rentable. En outre, l’histoire dans l’histoire (dessinée par Vincent Mathy), voit l’inspecteur Castar s’affranchir enfin de son carcan hexo-squelettique qui lui conférait le statut de super-héros et s’en débarrasser définitivement. Comble de l’amertume : la partition graphique de Pierre Bailly (qui dessine a contrario les aventures de Ludo) est en deça de son niveau habituel. En re-outre, on découvre Ludo qui s’imagine mal en adulte-dadais toujours fan d’une série pour gamins… ou encore Ludo qui découvre d’autres lectures, qui le font évoluer… Ces indices sont trop nombreux pour ne pas empester l’enterrement de première classe ! Le scénario de Denis Lapière emprunte un faux rythme, sans véritable climax, composé d’un patchwork de petites anecdotes (la ménagerie, la bière, la séance de dédicaces, les différents épisodes de Castar, les bêtises de Ludo inspiré par le pick-pickpocket furtif, le simili-commando chez Grüber & Shon…). Le scénariste a toutefois l’intelligence de communiquer sa frustration de manière fluide, en mettant en scène à l’intention des plus jeunes les raisons de l’arrêt de la série. La fameuse crise qu’on nous conjugue à tous les temps, trouve ici un premier rôle astucieux et didactique. Cela accorde tout de même une note d’aigreur tangible à ce dernier épisode.

voir la fiche officielle ISBN 9782800143941