parution 30 mai 2014  éditeur Dupuis  Public ado / adulte  Thème Autour du 9ème art, Guerre

Omaha Beach, 6 juin 1944

Le grand photographe Robert Capa était au cœur du débarquement des alliés en Normandie. Ses clichés restent gravés dans l’Histoire. Aire Libre envoie l’artillerie lourde pour inaugurer cette nouvelle collection sur le thème de la photographie.


Omaha Beach, 6 juin 1944, bd chez Dupuis de Morvan, Lebrun, Tréfouel, Bertail
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dupuis édition 2014

L'histoire :

27 janvier 1944, front italien, à 5 km de la Cisterna di Latina. Pour cacher leurs positions à l’artillerie allemande, les Américains ont inondé le terrain de brouillard artificiel. Robert Capa profite de cette aubaine pour apporter quelques bouteilles de champagne à ses camarades reporters. Il vient fêter avec eux son départ pour Paris, où il va couvrir la Libération de Paris. En effet, des rumeurs font état d’un futur débarquement en France.
22 mai 1944, à Londres. Eisenhower informe les correspondants de guerre qu’une opération se prépare. Pendant ce temps, Robert Capa retrouve son ami Ernest Hemingway. Après une soirée arrosée pour leurs retrouvailles, le photographe apprend qu’il a été retenu parmi une centaine de correspondants de guerre pour accompagner les troupes du débarquement imminent. Après quelques emplettes pour capturer en images ce moment historique, il prend place aux côtés de la compagnie E du deuxième bataillon, en première vague d’assaut…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Robert Capa est considéré comme le père du photo-journalisme moderne. C’était un « concerned photographer » qui aura couvert cinq guerres et fondé l’agence Magnum. Son regard décalé et humain a inspiré les plus grands photographes contemporains. Sa passion pour la photo, il a pu la partager avec sa muse, Gerda Taro. Malheureusement, celle-ci trouve la mort en juillet 1937 en Espagne, lors de la bataille de Brunete. Cet événement le marqua profondément, pour toujours. Ironie du sort, lui aussi partira prématurément comme Gerda, la femme de sa vie. Car le 25 mai 1954, alors qu’il fait un reportage sur la récolte du riz durant la guerre d’Indochine, il saute sur une mine au sud d’Hanoï. Riz amer devait être le titre de son prochain livre. Ici, cet album s’attache à raconter l’un de ses faits d’armes les plus célèbres : les onze magnifiques (The Magnificent Eleven) pris lors du débarquement en Normandie, le 6 juin 1944. On les appelle « les onze », car ce sont les clichés survivants : une bonne partie de ceux pris ce jour-là ne purent être utilisés à cause d’une mauvaise manipulation. Dans un format à l’italienne, Jean-David Morvan (avec Séverine Tréfouël) et Dominique Bertail rendent un vibrant hommage à ce photographe visionnaire. Avec ce récit raconté à la première personne, on s’identifie à Robert Capa. On est Robert Capa, on est plongé dans l’antichambre noire du D-Day, on vit avec les soldats. Morvan injecte par-ci, par-là des petits traits d’humour pour dédramatiser cet événement où 4000 hommes ont péri. « Je me suis retrouvé couvert de plumes comme si on avait tué des poulets. La superstructure avait été démolie par un obus. Et ces plumes, c’était le rembourrage des gilets que portaient les hommes… ». Pour illustrer cette bio, Bertail étonne. On est bien loin de Ghost Money ! Graphiquement, il dévoile une autre facette de son talent, avec une vraie science de l’encrage. Le format permet aussi à l’auteur de s’éclater : sa planche avec deux volets qui s’ouvre par le milieu pour former un quadriptyque vaut le détour. Cet album singulier s’accompagne également d’un dossier représentant les 11 (ou plutôt 10) fameux clichés et une bio bien fournie de Capa. N’hésitez pas à prolonger cette lecture du fameux Il faut sauver le Soldat Ryan !

voir la fiche officielle ISBN 9782800161983