parution 03 octobre 2014  éditeur Dupuis  collection Aire libre
 Public ado / adulte  Thème Historique, Politique

Retour au Kosovo

En 1999, Gani Jakupi retourne au Kosovo juste après le conflit pour retrouver sa famille et faire un reportage en forme de témoignage sur cet « après ». Un « documentaire » pudique, réflexif et saisissant.


Retour au Kosovo, bd chez Dupuis de Jakupi, Gonzales
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dupuis édition 2014

L'histoire :

Gani Jakupi vit à Barcelone et Toulouse lorsque le conflit Kosovar éclate. La presse s’intéresse à cette énième guerre par soubresauts et Gani dévore le moindre article évoquant la situation sur sa terre natale. Il apprend la naissance de la résistance, l’émergence de l’UÇK, puis sa débâcle. Bientôt, les crimes et les exactions serbes fusent, la communauté internationale intervient. Mais les négociations mises en œuvre échouent et malgré les menaces de l’OTAN, la situation s’enlise. Gani est invité à témoigner sur différents plateaux de télévision... Mais bien vite, ce jeu tourne au spectacle malsain. Dans le même temps, il n’a plus de nouvelle de ses parents… si ce n’est pour apprendre qu’une dizaine de membres de sa famille ont été assassinés. Son fils vient de naître, connaîtra-t-il ses grands parents ? Et puis Milosevic finit par capituler devant les bombardiers de l’OTAN. Bientôt, un ami photographe informe Jakupi qu’un magazine leur offre des accréditations en échange d’un reportage sur son retour au Kosovo. Il part, la gorge nouée…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Complexe… La problématique du Kosovo uniquement relayée par le flux des images et commentaires des journaux télévisés fut et reste encore bien difficile à cerner. Et d’ailleurs, avec un peu d’honnêteté, elle est plutôt facilement mise dans le même sac (ou confondue avec) que les autres conflits résultants de la dislocation de la Yougoslavie. Même éclairée ici par quelques pages d’explications dans une postface par Gani Jakupi, il est bien difficile d’en comprendre les tenants. Mais là n’est pas l’essentiel. La force de ce poignant récit tient dans la palpation d’un de ces aboutissants. Celui qui gifle l’expatrié qu’est devenu Jakupi, absent de sa terre natale pendant ce déluge incompréhensible. Celui de la reconstruction (pas matérielle) des composantes de la société, du devenir des relations humaines à jamais marquées par la cicatrice du conflit et le rôle que chacun y a joué ou d’ailleurs simplement subi. Pour ce faire, Gani Jakupi évoque son retour en terre natale à la faveur d’une accréditation presse, pour un magazine espagnol en échange d’un reportage avec un photographe sur ce voyage au Kosovo. Clinique, aseptisée par le ton documentaire choisi, délayée par une gamme d’anecdotes descriptives d’évènements, de rencontres, de lieux dégueulant les stigmates du conflit, cette plongée en forme de carnet de route tente de jouer une partition pudique pour éviter la submersion des émotions. La douleur est taiseuse, le déracinement silencieux et la question identitaire (ou familiale) latente. Jamais Jakupi ne nous mettra le nez dedans, jamais il ne cherchera à s’apitoyer ou à juger. Il montre, évoque, pose les questions et s’interroge pour mieux titiller l’incompréhensible, l’absurde ou souligner ce qui aurait pu être. Enfin, il livre un précieux document qui, au journalisme d’urgence et consommateur de déflagrations guerrières, oppose habilement « l’après ». Pour autant, si l’auteur ne cherchait pas émouvoir, c’est raté : la narration est saisissante de justesse et la douleur contenue impeccablement touchante. Surtout, le travail proposé par Jorge Gonzalez assoit terriblement l’intention. Les masses de peintures et le trait cendré se foutent de l’élégance pour préférer saisir à la gorge, inonder de lumières, plonger dans les ténèbres ou couvrir le ciel de rouge-orangé, subitement. De quoi, au final, ressortir de l’ouvrage à la fois documenté et ému.

voir la fiche officielle ISBN 9782800156262