Spirou et Fantasio T49 : Spirou et Fantasio à Tokyo (0), bd chez Dupuis de Morvan, Munuera, Lerolle ©Dupuis édition 2006

Spirou et Fantasio T49

Spirou et Fantasio à Tokyo

Entre tradition et modernité, Spirou et Fantasio tentent de sauver à Tokyo deux enfants kidnappés pour leurs pouvoirs paranormaux. Une visite bondissante et complète de la culture nippone, avec le guide Jean-David Morvan...

L'histoire : Spirou et Fantasio sont au pays du soleil levant, sur l’invitation de leur ami nippon, le prestidigitateur Itoh Kata (cf les épisodes 20 à 23 dessinés par Fournier). Ils se promènent en tenue d’époque dans un tout nouveau parc à thème, voué à une reconstitution historique de l’ère Edo (capitale du Japon de 1603 à 1864). L’inauguration doit d’ailleurs voir lieu d’un moment à l’autre par son créateur, Senpeï Tsuge. Ce promoteur gangster aux ambitions troubles arrive alors dans une chaise à porteurs, escorté par plusieurs yakuza commandés par le vil Makagana. La foule assiste alors à une curieuse intervention : une petite fille qui lévite, prénommé Loon, réclame son petit frère, un garçonnet tenant compagnie à Tsuge. Immédiatement poursuivie par les yakuza, malgré l’intervention d’un groupe de ninjas de son bord, elle entraîne ses poursuivants dans un coin du parc à l’écart. Elle fait alors appel à de curieux dons de télékinésie pour constituer un guerrier géant capable de neutraliser les yakuzas. Spirou et Fantasio assistent médusé à cette scène, puis viennent en aide à la fillette lorsqu’elle se fait assommer : c’est l’objet de la curieuse mission que leur a confié Itoh Kata. Une course poursuite s’engage alors en métro à travers les différents quartiers de Tokyo…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :  Pour ce 49e épisode, le scénariste Jean-David Morvan s’est fait plaisir, car il connait parfaitement le Japon pour s’y rendre très souvent. Désireux de nous faire partager sa passion de la manière la plus complète possible, il nous entraîne à la suite des célèbres héros dans une visite guidée de la ville et de sa culture. Histoire, géographie, société, économie… En grand professionnel, Morvan s’affranchit de cet exercice peu évident et le topo est relativement complet sans être barbant une seule seconde ! En outre, il rebondit astucieusement sur les éléments qui composent cette visite didactique pour construire son aventure. Plus spécifiquement concernant le 9e art, les passages obligés de la culture manga jalonnent la course des héros. On y retrouve des combats de monstres géants (c’est même un genre, là-bas : les Kaiju Eiga ; ex : Goldorak, Bioman…), la révélation de pouvoirs paranormaux (cf Akira), les tonnes de trucs avant-gardistes qu’on peut s’y acheter, mais aussi les sans-logis installés sur les quais depuis l’explosion de la bulle économique (les tentes bleues). L’ensemble est pour la troisième fois dessiné par José-Luis Muñuera, fidèle à son style dynamique, qui réalise des cases bien remplies inscrites dans un nouveau découpage de folie, sur 62 planches… Dense, rythmé, bondissant, ce 49e épisode, le 3e réalisé par le tandem Morvan-Munuera, est dans la lignée des précédents : enthousiasmant sans pourtant retrouver le génie de la période Franquin.

  • scénar dessin


18 septembre 2006



Pour être alerté par email dès la publication d'une chronique dans cette série,
saisissez  et


les avis des terriens

  • L'évolution d'un mythe 30 mai 2010

    Tome et Janry ont fait de Spirou un héros des temps modernes. Tout naturellement, Machine qui rêve fut controversé à sa sortie tant cet album est une rupture pourtant logique avec les Spirou de Franquin et de Tome et Janry. Style réaliste, Machine qui rêve prend tout à contrepied et nous offre un histoire sombre digne d'un polar sur le thème du Clonage. Personnification des héros avec l'attribution de leur "vrai" prénom, Machine qui rêve se doit d'être lu, car c'est une réussite du 9e art, simplement.

    Fabien

  • Un opus qui se démarque 27 novembre 2009

    Toujours caractérisé par un dessin très soigné, cet épisode se distingue de la longue série des Spirou par un scénario plus proche des BD japonaises que belges.

    Julien

  • Spirou au royaume des mangas 30 octobre 2008

    En envoyant Spirou et Fantasio à Tokyo, les auteurs ont lancés un pont entre les mangas et la BD franco-belge. Ce n'est pas le meilleur album de la série mais un petit renouvellement du graphisme des personnages. A noter qu'il existe, si je ne me trompe pas, un album des crayonnés de l'album ainsi qu'un manga de Spirou sorti en même temps. Bonne lecture et Banzaï !

    David

  • Franquin n'est pas mort 20 octobre 2008

    Avec Tome et Janry, Franquin revit. Depuis qu'ils ont repris la série, elle redevient incontournable, pour ceux qui avaient arreté de la mettre dans leur bédétheque, elle a de nouveau sa place.

    gregory

  • Une bulle! 3 mai 2008

    Eh bien oui, voila tout ce que mérite ce Spirou : un gros zéro ! Pourquoi ? On ne retrouve pas la qualité qu'il faut pour cette série. De plus, je veux bien qu'on pénètre dans le fantastique, sans problème ! Mais là ! Des monstres dignes de figurer dans l'ultime tome de Lanfeust de Troy : que font-ils dans cette série mythique ? Déjà les deux albums précédents étaient à peine passables, mais ici on ne peut tomber plus bas. J'espère que Dupuis choisira d'autres auteurs plus inspirés pour le 50e tome !

    andré

  • Un Tokyo toqué ! 30 avril 2008

    Hé bien moi, je l'ai bien aimé ce Spirou à Tokyo. Peut-être moins que le précédent mais bien plus que le Paris sous Seine. Il y a du rythme, les dessins sont franchement bons, et l'humour est présent presque à chaque planche. Je retrouve le plaisir que j'avais à lire Spirou période Tome & Janry (ce qui est pour moi un compliment). Dommage que les auteurs ne poursuivent pas l'aventure au-delà du numéro 50, je trouve qu'ils commencaient vraiment à choper un style très attrayant. En tout cas, cette bd, c'est pas du toc. Eviv uorips !

    Romain

  • Plus de mon age 21 avril 2008

    Je dois faire partie des "vieux croulants", mais bon, je reste fan des anciennes versions...

    Fabrice

  • Un nouveau souffle pour la série 10 avril 2008

    Grâce aux talents de Morvan & Munuera, on retrouve enfin la touche de Frankin qui a fait tout le charme de la série.

    Mathieu

  • Un bon Spirou ! 1 avril 2008

    L'homme qui ne veut pas mourir... C'est dommage, parce qu'on tient là, avec cet album, une belle résurrection. J'avais été tellement déçus par Paris sous Seine (sans scénario, moche) après le dernier (superbe) album de Tome & Janry, que j'ai goûté à celui-ci du bout des lèvres... Avant de l'avaler goulûment. Dessin hyper énergique, intrigue sympa, un album qui ne se lit pas en cinq minutes avec rebondissements à profusion. J'espère donc beaucoup pour la suite. Bravo.

    Romain

  • Spirou-San ? 4 octobre 2007

    Il a bien changé, le Spirou créé par Franquin, qui illustrait le journal homonyme, il y a de cela quelques décennies. O tempora, O mores, aurait dit je ne sais plus quel auteur classique. Voilà donc que le groom préféré des bédéphiles s'envole vers le pays du soleil levant, prêt à venir au secours du plus faible, et à affronter les adversaires les plus coriaces, fussent-ils doués en arts martiaux. Soyons lucides : ce n'est plus le même Spirou que nous autres, vieux amateurs de BD, appréciions tant, mais un héros digne des films de sabre et des mangas dont les plus jeunes (dont nos enfants) raffolent. Ce nouvel opus des compères Spirou et Fantasio est, cependant, irréprochable, tant sur le plan du dessin que de l'histoire. Simplement, on se surprend à regretter le bon vieux temps, tout en jetant distraitement un œil à la BD que lit fébrilement notre progéniture. La roue tourne, mes amis...

    Laurent

  • Bof ! 19 mars 2007

    Morvan développe son business-plan pour Spirou... Munera dessine comme Franquin, fort bien, au demeurant. Morvan scénarise comme Fournier. J'ai de nouveau envie d'écraser spip à coups de pelle. A quand un cross-over Spirou - Sillage ?

    alvarox

  • fatiguant 5 octobre 2006

    Dès l'apparition du géant manipulé par l'esprit de Loon, j'ai su que ça ne me plairait pas. Et c'est reparti, Spirou se transforme en karatéka invincible, Fantasio fait le guignol qui n'amuse personne et l'insupportable Spip dialogue avec Morvan. Le scénario se résume à des bagarres et des courses-poursuites. Même si le dessin de Munuera est mieux, 64 pages, c'est long, trop long ! On en ressort saoulé...

    arnaud

  • Franquin, réveille-toi, ils sont devenus fous ! 30 septembre 2006

    Soyons francs : cet album n'est pas mauvais. Simplement très décevant. Conséquence : je n'achète plus. Les auteurs assument enfin leur filiation avec l’univers du manga. Bon. Et alors ? Ce n’est plus Spirou… Malgré les tentatives de raccrocher l’histoire à l’univers des précédents auteurs, on est loin, très loin, du dessin et des histoires qui ont fait mon bonheur quand Franquin, Fournier, Tome et Janry étaient aux manettes. Pourvu que Dupuis ne reconduise pas le contrat de Munuera et Morvan !!

    Armand


prix 8.90-5% = 8.46

sur


 Spirou et Fantasio T49 : Spirou et Fantasio à Tokyo (0), bd chez Dupuis de Morvan, Munuera, Lerolle ©Dupuis édition 2006

01 septembre 2006

Dupuis

voir la fiche officielle

9782800138442

enfant / ado / adulte

Aventure - Action, Humour

scénariste
interview de Jean-David Morvan et Hiroyuki Ooshima
© planetebd.com 2014

dessinateur
interview de Jose-Luis Munuera
© planetebd.com 2014

coloriste
interview de Séverine Gauthier, Thomas Labourot et Christian Lerolle
© planetebd.com 2014