parution 12 avril 2013  éditeur Editions de la Gouttière  Public enfant / ado / adulte  Thème Chronique sociale

La Petite famille

En vacances à la campagne, des petits enfants ont un pépé bougon, qui fut jadis champion de foot, mais qui a le cœur très malade. Réédition intégrale d’une série tout-public qui s’intéresse à l’amour familial en général et au deuil en particulier.


La Petite famille, bd chez Editions de la Gouttière de Dauvillier, Lizano, Rouger
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Editions de la Gouttière édition 2013

L'histoire :

Un papi et une mamie déjeunent en attendant l’arrivée des enfants et des petits-enfants. Mamie se réjouit tandis que Papi bougonne, comme d’habitude… Une fois que le papa, la maman, le fiston et la sœurette sont là, c’est la fête. Les enfants aident mamie au jardin et récoltent des œufs dans le poulailler. Puis ils font des jeux de table avec papi. Le lendemain, les parents s’en vont et laissent les enfants en vacances. Et papi ronchonne toujours beaucoup…
Un repas de famille réunit les grands-parents, les parents et les petits-enfants, ainsi que le tonton rigolo. Au détour d’une conversation, celui-ci appelle son père « Biquet », ce qui ne manque pas d’étonner le petit garçon. Après une bonne partie de foot avec le tonton, l’enfant demande pourquoi on appelle Papi « Biquet ». Le vieil homme grommelle et sort une vieille bobine de film, où on le voit champion de football : Biquet, c’était alors son surnom !
Le matin d’un nouveau départ en vacances, les parents décollent très tôt et installent les enfants encore en pyjama dans la voiture. Il faut donc attendre une pause sur une aire d’autoroute, quand il fait enfin jour, pour s’habiller… et ça peut parfois être gênant ! Puis la petite famille arrive chez Tata, la sœur de maman qui habite au bord de la mer (son mari est ostréiculteur !), pour quelques jours de vacances… tourmentées.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

A l’origine, cet album a été publié aux éditions Carabas en 3 tomes (de 2004 à 2006), aujourd’hui épuisés. Les éditions de la Gouttière ont donc l’excellente idée de nous en proposer aujourd’hui une réédition intégrale. Comme son titre l’indique simplement, l’histoire tendre-amère qui relie ces trois chapitres focalise sur une Petite famille commune, des enfants aux grands-parents, qui vit un quotidien ordinaire. Jusque-là, rien de bien transcendent, me direz-vous, ma bonne dame. Oui, mais étant donné que c’est scénarisé par Loïc Dauvillier, un auteur qui n’a pas son pareil pour vous sortir l’émotion de la gorge et vous humidifier l’œil, on reste méfiant. Et on fait bien. Car en un coup de billard en trois bandes, le récit s’intéresse plus particulièrement aux rapports d’un enfant avec son grand-père bougon, puis à son décès et au maelstrom de pensées qui s’entrechoquent en pareil moment. Oui, La petite famille est l’histoire d’un deuil, insupportable et injuste, mais tout aussi banal dans une vie. Et néanmoins, lorsque ça vous touche, il faut bien se résoudre à le faire, ce deuil, en le prenant par le meilleur bout de lorgnette qui soit : aimons-nous vivants ! (oups, on dirait du François Valery). Une belle leçon de vie, qui parlera avec la même force aux lecteurs de 6 à 122 ans. C’est sans doute là la grande force de Dauvillier : être capable d’insuffler la même humanité débordante au public le plus large qui soit. Avec cette trilogie, Marc Lizano impose quant à lui sa griffe, un univers graphique simple et lisible, très stylisé, avec des grosses têtes toutes rondes et quelques traits pour les expressions. Bien que parfaitement fonctionnelle et régulière, cette partition graphique est certes encore quelque peu minimaliste pour enthousiasmer pleinement.

voir la fiche officielle ISBN 9791092111002